Crues : la Seine continue de monter dans l'Aube

le
0
Crues : la Seine continue de monter dans l'Aube
Crues : la Seine continue de monter dans l'Aube

Troyes, qui redoutait des inondations dans la nuit de mardi à mercredi, a été finalement épargnée par la Seine qui n'a débordé qu'au sud de l'agglomération alors que le département de l'Aube est désormais le dernier placé en vigilance orange. «Le pic de crue attendu dans la nuit n'est pas arrivé, la situation n'a pas évolué depuis hier et la Seine, qui a légèrement monté, est restée dans son lit», a-t-on indiqué mercredi matin à la cellule de crise de la préfecture de l'Aube. Mercredi matin, cependant, la Seine continuait de monter dans le secteur, jusqu'à 30 cm en 24 h.

La commune de Buchères, à 10 kilomètres au sud de Troyes, déjà inondée mardi matin, a finalement été la seule commune de l'agglomération touchée avec près de 40 centimètres d'eau dans les rues les plus basses et plus d'un mètre dans les caves des maisons en bordure de Seine.

Selon Daniel Lebeau, le maire de la commune, 45 habitants ont été évacués mardi soir, dont 11 relogés à l'hôtel, les autres ayant trouvé refuge chez des proches.

«On a jamais vu la Seine aussi haute»

Vers minuit, quelques badauds étaient réunis sur le pont de Saint-Julien-les-Villas dans la banlieue sud de Troyes, contemplant en contre-bas les eaux agitées de la Seine qui affleuraient à peine les rives. «On a jamais vu la Seine aussi haute et aussi vive, on est un peu inquiets mais on croise les doigts pour qu'elle reste dans lit», a réagit un des spectateurs qui habite à quelques mètres du pont.

Toute la nuit de mardi à mercredi, les pompiers ont patrouillé dans les rues bordant le fleuve dans les quartiers de la Mouline au sud et des Ecrevolles à l'est, pour surveiller l'éventuelle montée des eaux. Mardi matin, en raison des prévisions alarmantes, la demi-finale de la Coupe de France Troyes-Bordeaux, qui devait se jouer le soir au stade de l'Aube, avait été reportée au 14 mai. Deux gymnases, pouvant accueillir en tout près de 800 personnes avaient...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant