Crowdfunding : Kickstarter débarque en France, les plateformes françaises restent sereines

le , mis à jour le
0
Crowdfunding : Kickstarter débarque en France, les plateformes françaises restent sereines
Crowdfunding : Kickstarter débarque en France, les plateformes françaises restent sereines

Ils ont fini par traverser l'océan Atlantique. La plateforme de crowdfunding (financement participatif) américaine Kickstarter, déjà présente dans 11 pays, a annoncé lundi son lancement en France, quelques semaines après son ouverture en Allemagne. Les lanceurs de projets français pourront s'appuyer sur elle pour lever des fonds à partir du 27 mai.

Créée en avril 2009, Kickstarter permet à des créateurs (entrepreneurs, artistes...) d'obtenir des financements pour leurs projets auprès des internautes, le cas échéant en promettant une «récompense» (dans certains cas, ils reçoivent en fait l'un des premiers produits fabriqués). Depuis sa création, Kickstarter a levé des financements pour un montant total de 1,7 milliard de dollars (1,52 milliard d'euros) auprès de 8,5 millions de personnes, ce qui a financé 84 000 projets.

De passage à Paris pour le lancement officiel, le PDG Yancey Strickler s'est arrêté au Numa, l'un des épicentres parisiens de la French Tech. Rentrant de son voyage de noces, le co-créateur de la plateforme est arrivé souriant et détendu.

Première surprise : il n'aime pas le mot «crowdfunding» qui est «trop technique» à son goût «alors que financer un projet, c'est lié à l'émotion de faire partie de quelque chose de plus grand». Discussion à bâtons rompus avec ce New Yorkais de 36 ans qui bouillonne d'idées.

> Qu'est-ce qui vous a poussé à lancer la première plateforme de financement participatif il y a 6 ans ?

YANCEY STRICKLER; « Mon associé Perry Chen a eu l'idée il y a 15 ans quand il avait voulu organiser un concert à la Nouvelle-Orléans (en Louisiane) et il n'en avait pas les moyens. Il voulait vendre les billets en avance sur Internet et l'idée lui est venue. Nous nous sommes rencontrés quatre ans après à New York où je couvrais l'actualité musicale. Nous avons ensuite rencontré le troisième fondateur, Charles Adler, qui lui était designer. A l'origine, aucun ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant