"Croquette", le vieux briscard qui croque le Dakar

le
0
A 51 ans, Eric Croquelois, dit Croquette, est l'un des chouchous du public. Il participe à son 12e Dakar, lui qui a connu l'aventure africaine.
A 51 ans, Eric Croquelois, dit Croquette, est l'un des chouchous du public. Il participe à son 12e Dakar, lui qui a connu l'aventure africaine.

Au pied de la cordillère des Andes, il y a deux jours, à Copiapo, le temps est lourd, le ciel bas et menaçant. De quoi offrir un peu de fraîcheur et de répit aux concurrents. Parmi eux, il y a le dossard 100, un "hommage à Hubert Auriol" (vainqueur avec ce même numéro, NDRL), dit-il. Ce concurrent, c'est Éric Croquelois, originaire de Boulogne-sur-Mer. Le motard a douze Dakar (en Afrique et en Amérique du Sud) à son compteur, et sa gouaille en a fait l'un des chouchous du bivouac. Forte carrure, cheveux blonds encadrant son visage et amateurs de blagues et de bons mots, "Croquette" comme il se fait surnommé "depuis toujours" a des faux airs de Philippe Lucas, et il en joue. Pourquoi une telle popularité chez les suiveurs du Dakar ? "Je suis le plus beau gosse du parc", explique-t-il, hilare. Le Boulonnais a laissé tomber sa combinaison sur les genoux, il porte des regards réguliers à sa machine couverte de poussière. Il enlève quelques pièces, rigole avec un des mécaniciens de son équipe, puis demande un Coca "bien frais". Il installe deux chaises pliantes non loin de sa moto et raconte le Dakar, son Dakar. "Aujourd'hui [mardi, NDRL], je me suis arrêté pendant la spéciale pour voir mon beau-frère, médecin, et boire de l'eau", explique-t-il en préambule. Son histoire dans l'épreuve, il la raconte simplement : "Il neige en ce moment en France, c'est quand même bon d'être en Amérique du Sud." Dans l'année, Éric Croquelois installe des parpaings...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant