Croix - Concarneau : voyage au bout de la coupe

le
0
Croix - Concarneau : voyage au bout de la coupe
Croix - Concarneau : voyage au bout de la coupe

Deux clubs de CFA pour une place : à 19h30, l'US Concarneau se rend à Croix pour décrocher un ticket en quart de finale de la Coupe de France. Une rencontre entre amateurs, mais un chemin vers la gloire.

7h de route séparent Vincent Richetin de Croix, petite commune du Nord de la France. Parti de Bretagne, il s'y rend en simple spectateur, la faute à un coup de coude assené à un adversaire qui "a bien simulé" la semaine passée. Qu'importe. Car privé de terrain, le milieu suspendu de l'US Concarneau ne louperait pour rien au monde ce déplacement. En jeu, une place pour les quarts de finale de la Coupe de France, soit un exploit de plus à célébrer. D'autant que l'adversaire n'est pas un ogre assoiffé de brebis. Egalement pensionnaire de CFA, l'Iris Club de Croix est une proie abordable, qui peut toutefois nourrir les mêmes ambitions et espérer poursuivre son chemin. Et si l'opposition pourrait se résumer à une simple rencontre amateur disputée sous l'égide de la Coupe de France, elle n'en revêt que très peu de traits. Même Vincent Richetin, dont l'autoradio a grésillé tout au long du périple, ne saurait le démentir.
Avion et CFC
Ses coéquipiers, eux, n'ont pas subi la loi du péage. Pour ce match à enjeu, les 18 joueurs du groupe concarnois profitent en en effet d'un traitement de faveur : une voyage en avion. Peu coutumiers du fait lors de leurs déplacements en CFA, les hommes de Nicolas Cloarec n'arrivent pourtant pas en odeur de sainteté à Croix. Car la ville attend son exploit. Tombée l'an passé face au LOSC un tour plus tôt, l'Iris savoure ce retour dans les hautes sphères de la Coupe de France : "On a ouvert le livre l'année dernière avec un seizième de finale. Cette année on fait mieux, donc l'histoire, on est entrain de l'écrire et on va faire en sorte qu'elle soit la plus longue possible " narre Jean Antunes, coach des Nordistes. Surtout, le stade Henri Seigneur s'impatiente. En deux ans et 15 matchs dans la compétition, c'est la première fois qu'il accueille une rencontre. De quoi écouler 1600 billets plus rapidement qu'on ne brasse la bière. Mais Antunes ne souhaite pas céder à l'enivrement collectif: "Je n'ai pas voulu changer les habitudes des uns et des autres et mettre de la pression là ou il n'y en a pas". Côté concarnois, le son de cloche est différent. Malgré sa future absence, Vincent Richetin a pris part à la préparation de la rencontre. Une mise en bouche d'un autre gout : " Il y avait des vidéos sur l'équipe adverse, une feuille sur chacun des joueurs, des choses qu'on n'a pas l'habitude d'avoir en fait. On a vu qu'il y avait des...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant