Croissance US "modeste à modérée" pour le Livre Beige de la Fed

le
0
LA CROISSANCE AMÉRICAINE "MODESTE À MODÉRÉE" POUR LE LIVRE BEIGE DE LA FED
LA CROISSANCE AMÉRICAINE "MODESTE À MODÉRÉE" POUR LE LIVRE BEIGE DE LA FED

WASHINGTON (Reuters) - La croissance économique des Etats-Unis a été "modeste à modérée" sur la plus grande partie du territoire du début juillet à la fin août, lit-on dans le Livre Beige de la Réserve fédérale.

Le diagnostic que dresse la banque centrale ne change pas fondamentalement de celui du précédent Livre Beige mais donne un aperçu de la conjoncture économique suffisamment favorable pour conforter dans leur opinion les professionnels des marchés qui pensent que la Fed commencera à dénouer ses rachats d'actifs peut-être dès ce mois-ci.

Ce document publié mercredi révèle un renforcement de l'activité du secteur immobilier résidentiel, ce qui vient confirmer le rebond du secteur immobilier dans son ensemble.

Il montre aussi que les embauches ont été stables, voire ont augmenté dans la plupart des secteurs d'activité, tandis que les dépenses de consommation ont progressé dans la plupart des Etats, à la faveur parfois de la rentrée des classes.

Pour ce qui concerne le crédit, les conditions d'octroi des prêts n'ont pas varié mais la qualité des débiteurs s'est améliorée.

Les USA ont connu une croissance de 2,5% au deuxième trimestre mais le ralentissement économique à l'étranger remet en question, dans l'esprit des marchés, les prévisions avancées pour le second semestre.

Les économistes attendent la statistique de l'emploi d'août qui sera publiée vendredi. Ils prévoient 180.000 créations d'emploi, un nombre qui ne serait pas exceptionnel mais sans doute suffisant pour marquer une "amélioration sensible", suivant les critères de la Fed.

Pour contrer une récession sans précédent depuis des générations et stimuler la croissance et le crédit, la Fed a ramené les taux à un niveau proche de zéro et est près d'avoir racheté pour 3.000 milliards de dollars d'obligations souveraines ou adossées à des actifs immobiliers.

Quant à l'efficacité de cette initiative, le débat reste ouvert, y compris au sein même de la banque centrale.

Le président de la Fed de San Francisco John Williams a marqué sa préférence, ce mercredi, pour donner la primauté à une communication avancée sur l'évolution des taux d'intérêt plutôt qu'aux rachats d'actifs.

Pedro Nicolaci da Costa, Wilfrid Exbrayat pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant