Croissance ralentie en Allemagne, contraction en France

le
2
CROISSANCE RALENTIE EN ALLEMAGNE, CONTRACTION EN FRANCE
CROISSANCE RALENTIE EN ALLEMAGNE, CONTRACTION EN FRANCE

PARIS/BERLIN/LONDRES (Reuters) - Principaux résultats provisoires des enquêtes Markit auprès des directeurs d'achat en Europe publiés jeudi:

En ALLEMAGNE, la croissance de l'activité dans le secteur privé s'est légèrement ralentie en juin, le dynamisme du secteur manufacturier ne suffisant pas à compenser la faiblesse des services, montrent les premiers résultats de l'enquête mensuelle Markit auprès des directeurs d'achats.

L'indice PMI composite "flash" de la première économie européenne est revenu à 54,1 en juin contre 54,5 le mois dernier alors que le consensus des économistes interrogés par Reuters le donnait à 54,2.

Cet indice, qui prend en compte à la fois l'activité manufacturière et celle des services et représente donc plus des deux tiers de l'économie allemande, reste bien au-delà du seuil de 50 distinguant croissance et contraction de l'activité, un seuil au-dessus duquel il évolue depuis maintenant 38 mois consécutifs.

L'indice préliminaire pour le secteur manufacturier ressort en hausse à 54,4 contre 52,1 en mai et 52,0 attendu par les économistes interrogés par Reuters. Il profite de l'augmentation des nouvelles commandes à l'export, la plus forte enregistrée depuis plus de deux ans.

Le PMI des services, au contraire, affecté par la dégradation des nouveaux contrats et de l'activité, recule à 53,2 contre 55,2 le mois dernier et 55,0 attendu par le consensus des économistes.

En FRANCE, l'activité dans le secteur privé s'est de nouveau contractée en juin sous l'effet d'une baisse des nouvelles commandes enregistrées par les entreprises, qui s'inquiètent aussi de la dégradation du climat social, selon la version préliminaire des indices Markit.

Le secteur manufacturier a été plus particulièrement touché, son indice d'activité plongeant à 47,9, au plus bas depuis seize mois, contre 48,4 en mai. Il était attendu en légère hausse (48,8) par les économistes interrogés par Reuters.

Il se situe pour le quatrième mois consécutif sous la barre des 50 qui sépare croissance et contraction de l'activité.

L'indice du secteur des services est lui aussi passé juste sous ce seuil pour s'inscrire à 49,9 contre 51,7, alors que les économistes interrogés par Reuters l'attendaient quasi stable (51,6).

L'indice composite, qui combine des éléments de l'indice du secteur manufacturier et celui des services, ressort de son côté à 49,4 contre 50,9 en avril après trois mois en zone de croissance.

(Yann Le Guernigou et Marc Angrand pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ccondem1 le jeudi 23 juin 2016 à 10:14

    Souriez, votre croissance a été flashée !

  • jmlhomme le jeudi 23 juin 2016 à 10:08

    Dans le climat social et politique actuel, avec des prises de positions si outrancieres de toutes parts, comment voulez vous que l'économie francaise soit rayonnante. On montre le pire tandis que tant de projets nouveaux intelligents pourraient embellir la Vie.