Croissance presque nulle dans le secteur privé français en avril

le
6
CROISSANCE PRESQUE NULLE DANS LE SECTEUR PRIVÉ FRANÇAIS EN AVRIL
CROISSANCE PRESQUE NULLE DANS LE SECTEUR PRIVÉ FRANÇAIS EN AVRIL

PARIS (Reuters) - La croissance de l'activité du secteur privé français a presque disparu en avril, le secteur manufacturier se contractant plus nettement qu'en mai, tandis que les services croissaient nettement moins, selon la première version "flash" des indicateurs PMI de Markit publiés jeudi.

L'indice du secteur manufacturier a reculé à 48,4 contre 48,8 en mars, interrompant l'amélioration des deux mois précédents et restant sous la barre de 50 qui sépare croissance et contraction de l'activité. Ceci signale une poursuite de la contraction sans pause depuis mai 2014.

L'indice du secteur des services a quant à lui reculé à 50,8 contre 52,4 en mars, se maintenant au-dessus de la barre de 50 pour le troisième mois d'affilée.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un indice manufacturier en hausse à 49,2 et un indice des services en légère hausse à 52,5.

L'indice composite, qui regroupe des éléments des deux indices sectoriels, a reculé à 50,2 contre 51,5 en mars, restant de justesse dans la zone d'expansion pour le troisième mois consécutif.

L'indicateur d'emploi signale quant à lui une croissance pour le deuxième mois de suite, grâce à une progression dans les services.

Selon Jack Kennedy, économiste chez Markit, "la croissance de la production s'est quasiment arrêtée en avril, signalant la persistance d'un environnement économique moribond en France".

"La croissance des nouvelles commandes s'est tassée", ajoute-t-il, en soulignant que "les perspectives d'activité dans les services atteignent leur plus haut niveau depuis 37 mois bien qu'il soit difficile de comprendre les raisons de cet optimisme".

(Jean-Baptiste Vey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • boudet le jeudi 23 avr 2015 à 10:37

    Et il est où le petit bonhomme que j'ai entendu en 2012 et qui promettait de la croissance, un chômage en baisse et des augmentations pour tout le monde, sauf les plus riches. Mais je crois que dans sa tête, on est riche dès que l'on gagne plus que le smic, sauf si on est président, ministre, député ou sénateur...

  • bibas1 le jeudi 23 avr 2015 à 09:46

    Le chômage augmente sans cesse, les délocalisations s’amplifient, la TVA ne rentre plus, le bâtiment chute e vrille, les différentes taxes augmentent, les salaires (ceux qui restent), stagnent ou baissent, les impôts - (quoiqu’on en disent) - augmentent très largement sur la moyenne, etc.Alors la reprise…

  • Cambio17 le jeudi 23 avr 2015 à 09:45

    Et en plus avec la Grèce qui va nous planter royalement avant cet été....

  • a.mabire le jeudi 23 avr 2015 à 09:45

    la croissance de son ego pour draguer les actrices

  • lorant21 le jeudi 23 avr 2015 à 09:30

    la reprise est là partout.. sauf en France.

  • fquiroga le jeudi 23 avr 2015 à 09:18

    La croissance dans le secteur public est néfaste pour nos impôts.........