Croissance plus forte que prévu du PIB américain au 3e trimestre

le
3
LA CROISSANCE AMÉRICAINE DÉPASSE LES PRÉVISIONS AU 3E TRIMESTRE
LA CROISSANCE AMÉRICAINE DÉPASSE LES PRÉVISIONS AU 3E TRIMESTRE

WASHINGTON (Reuters) - Le produit intérieur brut (PIB) américain a crû de 2,0% au troisième trimestre en rythme annuel, porté par de solides dépenses des ménages, montrent les premières estimations publiées vendredi par le département du Commerce.

Cette croissance est supérieure aux attentes des économistes interrogés par Reuters à 1,9% et marque une nette accélération par rapport à celle de 1,3% enregistrée au deuxième trimestre.

Les ventes finales ont progressé de 2,1% (consensus +1,5%) et les dépenses des consommateurs ont augmenté de 2,0% après +1,5% au deuxième trimestre.

Les investissements des entreprises ont au contraire reculé de 1,3%, après une progression de 3,6% au T2.

L'indice des prix PCE a enregistré une hausse de 1,8% sur le trimestre, après 0,7% au trimestre précédent, tandis que l'indice des prix de base "core" a légèrement ralenti sa progression, passant de 1,7% au T2 à 1,3%.

Les exportations ont reculé de 1,6% au troisième trimestre, reculant fortement après la hausse de 5,3% enregistrée au trimestre précédent. Il s'agit de la première baisse observée depuis le premier trimestre 2009.

Catherine Monin pour le service français, édité par Nicolas Delame

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • i.jamais le vendredi 26 oct 2012 à 15:44

    Les usa ont choisi de dévaloriser leur monnaie pour garder leur niveau de vie; en échange ils sacrifient leur patrimoine écologique avec l'exploitation des gaz de schiste pour assurer leur indépendance vis à vis du pétrole même avec une monnaie faible. L'un sans l'autre est impossible.

  • M416603 le vendredi 26 oct 2012 à 15:31

    Juste trucage pour obama...

  • M7582248 le vendredi 26 oct 2012 à 15:14

    Certes tout n'est pas très probant dans l'ensemble des chiffres publiés, mais cela montre cependant,comme les chiffres publiés hier, que la rigueur prônée en Europe n'est pas d'évidence la meilleur solution