Croissance mondiale : un fragile équilibre

le
0
Le chef économiste de la Banque mondiale, Kaushik Basu, conseille aux pays émergents «d'attacher leur ceinture». Un avertissement inquiétant. (© S. Shapiro / World Bank)
Le chef économiste de la Banque mondiale, Kaushik Basu, conseille aux pays émergents «d'attacher leur ceinture». Un avertissement inquiétant. (© S. Shapiro / World Bank)

La Banque mondiale a révisé en baisse sa prévision de croissance mondiale pour 2015 – de 3 à 2,8% – tout en conseillant aux pays émergents «d’attacher leur ceintu­re». L’Or­ganisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) a ramené la sienne de 3,6 à 3,1%.

Du côté de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), on «ne voit nulle part une reprise robuste de la croissance.» Quant au Fonds monétaire international (FMI) – dont la prévision de croissance est de 3,5% – il a surpris par deux fois ces derniers jours. D’abord en suggérant qu’il était «préférable, pour certains pays, de conserver un endettement élevé plutôt que de rembourser en avance leurs créanciers, au prix d’une cure d’austérité néfaste».

Bloc "A lire aussi"

Puis, il a aussi étonné en invitant la Fed à ne pas relever son taux directeur avant 2016, alors que les investisseurs attendent une hausse en décembre. Des propos iconoclastes, pour ce gardien de l’orthodoxie financière.

Ce pessimisme peut surprendre. L’économie mondiale n’a pas baissé de régime. Dans les économies développées, la croissance va dépasser 2% cette année, pour la première fois depuis 2007. Quant au spectre de la déflation en Europe, il s’évanouit. Mesurée en rythme annuel, l’inflation est passée de - 0,6% en janvier à +

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant