Croissance modérée et emploi en berne aux USA, note la Fed

le
0

WASHINGTON (Reuters) - La Réserve fédérale a déclaré mercredi que l'économie américaine avait enregistré une croissance modérée au cours des dernières semaines, tout en soulignant que les embauches restaient rares et que le marché immobilier ne montrait guère de signes d'amélioration.

Dans son "livre beige" résumant les conditions économiques dans les 12 districts de la banque centrale américaine, la Fed souligne également que les pressions sur les prix à la consommation restaient modérées et que certaines pressions sur les coûts avaient diminué.

Ce constat est susceptible de donner davantage de marges de manoeuvre à la Fed en termes d'assouplissement monétaire si la croissance devait s'affaiblir au début de 2012 en raison des conséquences sur l'activité mondiale de la crise de la dette européenne.

Pour l'heure, le rapport confirme ce qui avait déjà été dit dans les derniers "livres beiges" en date : la croissance de l'économie n'est pas menacée, mais les conditions sous-jacentes déprimées ne permettent pas de faire baisser le taux de chômage, actuellement de 9%.

"Dans son ensemble, l'activité économique a progressé à un rythme lent à modéré depuis le dernier rapport (...) excepté le district de St. Louis, qui a fait état d'un recul de l'activité", lit-on dans le livre beige.

La Fed précise que l'activité manufacturière a crû dans la quasi-totalité du pays et que les prêts bancaires ont légèrement augmenté.

En revanche le marché immobilier, en crise déjà depuis près de cinq ans, demeure un point noir, le segment résidentiel étant décrit comme "mou" et le segment commercial comme "terne".

Les Etats-Unis ont enregistré au troisième trimestre une croissance de seulement 2% au troisième trimestre, sous le coup de l'aggravation de la crise de la dette en Europe.

Les banques centrales des grandes puissances économiques ont déclaré mercredi qu'elle prendraient des mesures concertées pour prévenir un assèchement du crédit pour des banques européennes touchées par la crise de la dette de la zone euro.

Pedro da Costa et Tim Ahmann, Benoit Van Overstraeten pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant