Croissance mitigée en zone euro malgré France et Allemagne-Markit

le
0
    * Indice PMI composite flash à 52,9 en mai, plus bas de 16 
mois 
    * La croissance accélère en France et en Allemagne 
    * Les entreprises continuent de baisser leurs prix 
    * Vers une croissance de 0,3% au T2 pour la zone euro-Markit 
    * Graphique : http://link.reuters.com/cuh64s 
 
    par Jonathan Cable 
    LONDRES, 23 mai (Reuters) - L'activité dans la zone euro a 
connu en mai sa plus faible croissance depuis 16 mois mais elle 
a accéléré en Allemagne et en France, laissant deviner des 
conditions plus difficiles dans les autres pays du bloc, selon 
les résultats provisoires des enquêtes Markit auprès des 
directeurs d'achat publiés lundi. 
    L'indice PMI "flash" composite a légèrement reculé à 52,9 
contre 53,0 en avril alors que les économistes et analystes 
interrogés par Reuters l'attendaient en hausse à 53,2. 
    L'indice reste au-dessus du seuil de 50 à partir duquel il 
rend compte d'une croissance mais il est à son plus bas niveau 
depuis le début 2015, suggérant que la forte accélération de 
l'activité au premier trimestre n'a été que passagère. 
    Selon Markit, l'enquête de mai laisse deviner pour le 
deuxième trimestre une faible croissance du produit intérieur 
brut, d'à peine 0,3%, contre +0,5% sur les trois premiers mois 
de l'année, chiffre qui avait été initialement estimé à +0,6% 
par Eurostat. 
    En Allemagne pourtant, première puissance économique de la 
zone euro, l'activité a connu sa plus forte croissance depuis le 
mois de décembre avec un indice PMI composite estimé à 54,7 
contre 53,6 en avril, selon Markit. 
    En France, l'activité a également accéléré pour retrouver 
ses niveaux d'avant les attentats du 13 novembre. L'indice PMI 
composite y a atteint 51,1 en mai contre 50,2 en avril, sous 
l'impulsion du secteur des services.   
    "Cela laisse penser que les indices PMI des autres grandes 
économies de la zone euro, comme l'Italie ou l'Espagne, seront 
plutôt faibles", commente Stephen Brown, chez Capital Economics. 
     
    PEU DE CHANCES D'AMÉLIORATION EN JUIN 
    L'Allemagne et la France sont les deux seuls pays de la zone 
euro pour lesquels Markit publie des estimations "flash". Les 
résultats des enquêtes dans les autres pays seront publiés début 
juin. 
    Le sous-indice mesurant les prix facturés par les 
entreprises est resté sous la barre de 50, à 49,0, tout en 
affichant une progression par rapport à son niveau d'avril 
(48,3). 
    Cela pourrait constituer un motif d'inquiétude pour la 
Banque centrale européenne, dont les efforts pour raviver 
l'inflation restent pour l'instant sans effet notable. L'indice 
des prix à la consommation a baissé de 0,2% en avril dans la 
zone euro, en dépit de la politique monétaire ultra-accommodante 
de la banque centrale. 
    Même malgré les rabais pratiqués par les entreprises, la 
croissance des nouvelles commandes a ralenti et aucune 
accélération n'a été constatée dans l'activité du secteur 
tertiaire, prédominant dans la zone euro. Le PMI des services 
est ainsi resté à son niveau d'avril, à 53,1, alors que les 
économistes interrogés par Reuters pensaient qu'il grimperait 
jusqu'à 53,3. 
    A 51,5, l'indice du secteur manufacturier a lui aussi été 
inférieur aux attentes, qui le donnaient à 51,9, et a baissé par 
rapport au mois dernier (51,7). Le sous-indice mesurant la 
production a reculé de 52,6 à 52,4. 
    Ce rapport mensuel contient en outre des éléments suggérant 
qu'aucune amélioration ne se produira en juin. L'optimisme des 
entreprises de services est tombé en mai à un plus bas de dix 
mois, avec un sous-indice revenu de 64,5 à 61,7, tandis que les 
embauches ont ralenti dans le secteur manufacturier, le 
sous-indice reculant de 51,6 à 51,4. 
    "Les PMI flash ont légèrement déçu le marché", dit Tuuli 
Koivu, chez Nordea, qui s'attend à une croissance de 0,3% au 
deuxième trimestre. "Cependant, les mauvaises surprises ne sont 
que mineures et ne remettent pas en cause notre prévision de 
croissance du PIB". 
 
 (Marc Angrand, Véronique Tison et Bertrand Boucey pour le 
service français) 
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant