Croissance : les sombres prédictions des Nostradamus de l'économie

le
5
Croissance : les sombres prédictions des Nostradamus de l'économie
Croissance : les sombres prédictions des Nostradamus de l'économie

« Les prévisions sont difficiles surtout lorsqu'elles concernent l'avenir. » Cette citation de Pierre Dac, que Jacques Chirac aimait asséner à ses interlocuteurs, résume les critiques souvent adressées aux économistes. Enfermés dans leurs modèles théoriques, ils n'auraient rien vu venir des crises successives et n'auraient pas su trouver les remèdes.

Leur plus gros échec ? La plupart de ceux qui jouent volontiers aux Nostradamus n'avaient pas prédit la crise des subprimes en 2007 qui a failli mettre à bas l'économie mondiale.

Il reste que le pronostic demeure un exercice imposé et les oracles courent les plateaux de télévision. D'autres, graphiques en main, murmurent à l'oreille des gouvernements. Sans oublier ceux qui livrent leur vision de l'avenir dans des livres. A ce jeu, certains économistes sont devenus des stars. Directeur de recherches au CNRS et prof à Sciences-po, Elie Cohen figure parmi les plus sollicités. Tout comme son presque homonyme Daniel Cohen, de l'Ecole d'économie de Paris, conseiller de la banque Lazard, récemment épinglé dans « les Imposteurs de l'économie »*.

Certains tombent juste?

Alors que, pour l'année à venir, le gouvernement table sur une croissance de 0,9%, tous les analystes ont donc fait tourner leurs logiciels en y entrant un maximum d'indicateurs. L'institut libéral COE-Rexecode parie sur une croissance plus faible, à 0,6%, quand l'OFCE anticipe 1,3% de croissance, presque assez pour résorber le chômage. A l'inverse, l'Insee table sur une croissance « poussive » et pas de baisse du nombre de demandeurs d'emploi, avec un taux de chômage qui devrait se stabiliser autour de 11%.

Au-delà des projections prudentes des instituts de conjoncture, des économistes, d'anciens banquiers, des férus de statistiques se sont distingués en tombant juste dans leurs prédictions. Il en est ainsi de Nouriel Rubini, surnommé aux Etats- Unis Doctor Doom ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Ouakal le mercredi 22 jan 2014 à 22:40

    L'effondrement n'aura lieu que lorsque les gros auront rabattus un maximum de petits épargnants sur les marchés actions !Pour l'instant on fait monter les marchés pour mettre en confiance le pigeon.Vous verrez ça marche à tout les coups.L'objectif est de nous ruiner et de faire de nous des salariés dociles et esclaves des banques contraints à la vie à crédit.

  • pvza le mardi 21 jan 2014 à 15:38

    Mais ou est donc passée madame Soleil????

  • mucius le dimanche 12 jan 2014 à 14:59

    Les prévisions de croissance des états ne valent rien. On ferait mieux de lourder ces économistes de salon, ça ferait des économies sans aucune conséquence négative pour le pays. Voir http://www.les-crises.fr/previsions-de-croissance/

  • fortunos le dimanche 12 jan 2014 à 14:39

    n accordons aucune importance a ces charlots, s ils trouvent des neuneux pour les croire tant mieux pour eux

  • M4328752 le dimanche 12 jan 2014 à 10:58

    On a aussi les prédictions positives qui ne se réalisent jamais et qui sont perpétuellement répétées chaque année, c'est une sorte de méthode coué.