Croissance : légère reprise en 2014 selon l'Insee, mais chômage en hausse

le
2
Croissance : légère reprise en 2014 selon l'Insee, mais chômage en hausse
Croissance : légère reprise en 2014 selon l'Insee, mais chômage en hausse

«La croissance revient mais ne décolle pas», c'est ainsi que l'Insee résume la situation dans sa dernière note de conjoncture, qui dresse un tableau peu engageant de l'économie française. L'Institut national de la statistique et des études économiques table en effet  pour 2014 sur 0,7% d'augmentation du PIB hexagonal, que le gouvernement voit lui remonter à 1%. Pis, l'Insee n'espère aucune accélération notable en cours d'année et a annoncé une augmentation du chômage d'ici la fin 2014. 

Une croissance fébrile, le chômage en légère hausse

Après un premier trimestre 2014 de stagnation, l'Insee prévoit que le produit intérieur brut (PIB) progresse de 0,3% au deuxième comme au troisième et au quatrième trimestres, soit une augmentation de 0,7% sur l'année. Au final, la croissance se reprendra donc légèrement par rapport à 2013, année durant laquelle la richesse nationale n'avait augmenté que de 0,4%, selon la dernière révision statistique. Cette petite accélération cette année sera portée notamment par l'industrie manufacturière, qui devrait progresser de 1,2% après -0,6% en 2013, et compenser un troisième recul consécutif de la construction (-2,6% en 2014).

La France est encore loin du dynamisme de l'Allemagne (2,1% attendus en 2014), du Royaume-Uni (2,8%) ou de l'Espagne (1,3%), laquelle part il est vrai «de plus bas», a rappelé lors d'une conférence de presse Vladimir Passeron, chef du département de la conjoncture de l'Insee. «Il y a des pays qui font mieux, d'autres moins bien», ainsi l'Italie qui peine à repartir (avec une croissance 2014 attendue à 0,1%), a tempéré le grand maître des prévisions de l'Insee, rappelant que la France se situait tout juste dans la moyenne de la zone euro.

Sur le front de l'emploi, l'Insee prévoit que le chômage augmente de 0,1 point au 2e trimestre pour atteindre 9,8% (10,2% avec l'outre-mer), niveau auquel il se stabiliserait jusqu'à la fin de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le mercredi 25 juin 2014 à 15:10

    ÉCONOMIES ÉCONOMIES.diminution de moitié du nombre des députés.suppression du sénat. fiscalisation de tous les revenus -indemnités-avantages de tous les élus .plafonnement de leurs émolument à 5 fois le SMIG .suppression de tous les régimes et statuts spéciaux . retour au 40 heures hebdomadaire.délais de carence en maladie 3 jours pour tous les salariés du privé et du publique.

  • gacher le mercredi 25 juin 2014 à 09:01

    il raconte n'importe quoi. la croissance ne repartira pas avec un chomage aussi élevé, et un taux d’impôt aussi fort. Toutes nouvelles taxes, qu'elles touchent les impots personnels ou les transports, finissent toujours par une baisse du niveau de vie. Elles nous retombent toujours dessus, et nos politiques tentent de faire croire que les taxes des entreprises sont gratuites pour les salariés et les clients. ridicule.