Croissance : le gouvernement maintient sa prévision à 0,1% pour 2013

le
0
Croissance : le gouvernement maintient sa prévision à 0,1% pour 2013
Croissance : le gouvernement maintient sa prévision à 0,1% pour 2013
Le gouvernement a présenté mercredi sa stratégie pour ramener le déficit public de la France de 3,7% du PIB cette année à 2,9% en 2014 puis 0,7% en 2017. Une ambition revue à la baisse qui va faire gonfler la dette plus que prévu et retarder son reflux. Dans son "programme de stabilité" dévoilé en Conseil des ministres, qui doit être adressé le 30 avril à la Commission européenne, l'exécutif confirme ses prévisions de croissance revues à la baisse, qu'il juge "réalistes" : 0,1% en 2013 (contre 0,8% encore espéré à l'automne), 1,2% en 2014 (au lieu de 2%) puis 2% par an jusqu'à la fin du quinquennat. «Ces prévisions sont identiques à celles de la Commission européenne», insiste le ministère de l'Economie dans son document.

3,7% de déficit en 2013. Une reprise progressive au second semestre doit permettre un redémarrage des créations d'emplois, puis, au dernier trimestre, un recul du taux de chômage, selon Bercy. Le gouvernement espère ainsi ramener le déficit public de 4,8% du produit intérieur brut (PIB) en 2012 à 3,7% en 2013 puis à 2,9% en 2014, un objectif qu'il qualifie de "raisonné", pour "ne pas compromettre le redémarrage de l'activité économique par davantage de mesures de rigueur". Il demande donc "à ses partenaires européens de repousser l'objectif de déficit public sous les 3% de 2013 à 2014". Le déficit serait ensuite réduit à 2% en 2015, 1,2% en 2016 et 0,7% en 2017 (contre 0,3% dans ses précédents engagements).

Bercy met en avant l'effort "structurel" d'assainissement des comptes publics, c'est-à-dire corrigé des effets de la conjoncture: le déficit structurel serait ainsi résorbé, passant de 2% du PIB cette année à un excédent de 0,5% en 2017.



Les prélèvements à 46,3% du PIB. Pour tenir ses objectifs, Bercy prévoit une hausse des prélèvements obligatoires cette année à 46,3% du PIB contre 44,9% l'an dernier...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant