Croissance : le FMI conforte les prévisions de la France pour 2015

le
1
Croissance : le FMI conforte les prévisions de la France pour 2015
Croissance : le FMI conforte les prévisions de la France pour 2015

Plus optimiste que lors de ses dernières prévisions en janvier, le Fonds monétaire international (FMI) a revu en hausse mardi ses prévisions de croissance pour la France, à 1,2% cette année, contre 0,9% auparavant, et 1,5% l'an prochain, contre 1,3% au début de l'année.

Le FMI conforte les prévisions du gouvernement, qui a construit son budget sur une hypothèse de croissance de 1% cette année, mais qui espère un chiffre meilleur. Sur la foi de ces prévisions, la France devrait se rapprocher en 2016 du taux de croissance de l'Allemagne, attendu à 1,7% l'an prochain. D'autres organisations internationales et de nombreux économistes avaient relevé leurs prévisions pour la France. L'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) attend, par exemple, 1,1% de croissance pour le produit intérieur brut (PIB) français cette année.

Des prévisions similaires à celles de la zone euro

Ce regain d'optimisme tient moins à des facteurs internes qu'à «l'alignement des astres» souvent évoqué par le gouvernement, à savoir l'euro plus faible, le pétrole moins cher et les taux d'intérêt en chute libre. Ces facteurs profitent d'ailleurs à l'ensemble de la zone euro, pour laquelle le FMI a relevé ses prévisions de croissance exactement dans les mêmes proportions que pour la France, tablant sur 1,5% cette année (+0,3 point) et 1,6% l'an prochain (+0,2 point). 

Cette amélioration est liée principalement à l'action de la Banque centrale européenne (BCE), qui a lancé début mars un programme de rachats massifs de dette essentiellement publique, déjà pratiqué par réserve américaine. L'instution monéraire européenne veut débourser au moins 60 milliards d'euros par mois d'ici septembre 2016 en titres de dette, soit au minimum 1.140 milliards.

Néanmoins, les progrès restent «modestes» en zone euro, signe d'une reprise encore fragile. Qui plus est, le climat reste incertain, avec le conflit ukrainien et la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2766070 le mardi 14 avr 2015 à 18:57

    bein oui l habitude , du chomage de la dette (là? y a? à gagner gros) et des 1pots... donc comme d hab...il confirme le FMI