Croissance : la fin du miracle chinois

le
4
L'économie chinoise, trop dépendante des exportations, souffrent des difficultés de l'eurozone et de la reprise trop timide aux États-Unis
L'économie chinoise, trop dépendante des exportations, souffrent des difficultés de l'eurozone et de la reprise trop timide aux États-Unis

Bienvenue dans l'ère de la "nouvelle normalité". C'est le slogan choisi par les timoniers de la seconde économie mondiale pour habituer leur population à la fin du miracle économique. Adieu, les horizons infinis de la croissance à deux chiffres, les rêves d'eldorado toujours recommencés. Le paquebot Chine rejoint les eaux troublées de l'incertitude économique mondiale, sans avoir encore intégré le club des pays développés. Un défi périlleux pour le duo Xi Jinping et son Premier ministre Li Keqiang, heurtés de plein fouet par la faiblesse de l'eurozone et la reprise trop timide des États-Unis.Ce mercredi matin, Pékin a dévoilé les chiffres de croissance du premier trimestre. Elle est tombée à 7 %, en dessous des 7,4 % enregistré en 2014 et qui constituaient déjà la plus mauvaise performance depuis un quart de siècle. Ce démarrage laborieux de l'année 2015 augure mal des chances de tenir l'objectif annuel de 7 % fixé par les autorités. "La faiblesse de la demande dans les pays développés érode les chances de tenir les objectifs du pouvoir central", confirme Brian Jackson, expert au IHS Global Insight, un cabinet américain. Pour preuve, les exportations ont brutalement chuté de 15 % en mars, défiant les analystes qui misaient sur un rebond après le nouvel an chinois.La demande intérieure toujours insuffisanteL'atonie de l'eurozone, premier partenaire commercial du géant asiatique, frappe en retour la machine industrielle dans des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pascalcs le mercredi 15 avr 2015 à 12:41

    Larouss : je ne sais pas s’il y a beaucoup de gens pour se réjouir de l’évolution en Chine. Ce qui est certain est que leur modèle de croissance est financièrement et environnementalement intenable. Il a certes bénéficier au développement prodigieux de la Chine dans ces 25 dernières années mais désormais c’est fini. La Chine doit maintenant faire des gros efforts de productivité et surtout faire passer la santé et le bien être de sa population avant l’argent.

  • pascalcs le mercredi 15 avr 2015 à 12:40

    Et dans ces conditions, il est évident que la Chine, déjà devenue beaucoup moins attractive que certains de ses voisins, va voir ses couts de productions augmenter considérablement au fur et à mesure qu’elle se décide à respecter les normes édictées par son gouvernement. Il y a donc des pans entiers de son industrie qui vont disparaitre car non compétitifs et incapables de résister à la concurrence mondiale. Ceci permettra d’assainir bien des secteurs surinvestis.

  • pascalcs le mercredi 15 avr 2015 à 12:40

    Et au final, il faudra que la Chine devra adopter des principes comptables transparents, les croissances présentes et passées étant totalement faussée par la pratique très répandue de ne pas déclarer leurs pertes (et donc de les enterrer dans les comptes) ni de déprécier les actifs obsolètes ou inutilisé à leur vrai valeur. Ce passif est énorme en Chine et tant que la banque centrale imprime des RMB au km, tout tient. Mais pour combien de temps encore ?

  • M1531771 le mercredi 15 avr 2015 à 12:01

    Ce qui sauvera l'Europe et notre économie c'est le développement du marché intérieur Chinois et surtout le besoin de ce peuple à bénéficier lui aussi de conditions sociales meilleures..rendant de ce fait les coûts de production moins attractif pour ceux tentés par la délocalisation.