Croissance : "la crédibilité politique" de Hollande en question, selon l'opposition

le
1
Luc Chatel, secrétaire général par intérim de l'UMP, estime que la crédibilité politique de Hollande et de Valls vient de s'effondrer, tel un château de cartes.
Luc Chatel, secrétaire général par intérim de l'UMP, estime que la crédibilité politique de Hollande et de Valls vient de s'effondrer, tel un château de cartes.

Luc Chatel : le secrétaire général par intérim de l'UMP a jugé jeudi que "la crédibilité politique" de François Hollande et de Manuel Valls venait de "s'effondrer, tel un château de cartes", après la publication des chiffres en berne de la croissance par l'Insee. "C'est une crise sans précédent des finances publiques qui s'ouvre dans notre pays", écrit-il dans un communiqué, ajoutant que ces chiffres sont "comme un coup de tonnerre pour l'économie française". Selon Luc Chatel, "Hollande et Valls ne doivent pas seulement changer de politique, ils doivent changer de logiciel". "Ils raisonnent en responsables politiques du XXe siècle, d'avant la crise : nous ne sommes pas dans un cycle et il ne suffit pas d'attendre, en croisant les doigts, l'effet d'entraînement d'une reprise économique venue d'ailleurs : la promesse d'inversion de la courbe du chômage en 2013 relevait très précisément de cette profonde erreur d'analyse", estime-t-il.

Marine Le Pen : la présidente du Front national a réclamé jeudi de "changer de modèle" économique en se plaçant hors du "cadre anesthésiant de l'Union européenne", après l'annonce par l'Insee que la croissance avait été nulle au deuxième trimestre. "Le nouveau trimestre de croissance nulle que vient de vivre la France doit définitivement alerter nos compatriotes sur l'incompétence grave de nos dirigeants successifs, incapables année après année de remettre en cause les dogmes absurdes...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le jeudi 14 aout 2014 à 11:01

    le modèle social français est mort,FAIRE DES ÉCONOMIES,réduire de moitié le nombre des députés et plafonner leurs indemnités, avantages et leur retraites à 5 fois le SMIG. supprimer le sénat.retour aux 40 h hebdomadaires pour tous,la retraite à 65 ans pour tous;3 js de délais de carence en arrêt maladie pour tous.Obligation de formation pour être indemnisé au chômage.terminer la promotion à l'ancienneté.