Croissance : la Banque de France plus optimiste que prévu

le
1
Croissance : la Banque de France plus optimiste que prévu
Croissance : la Banque de France plus optimiste que prévu

En mai, la Banque de France prévoyait une croissance de 0,1% au deuxième trimestre 2013. Ce lundi, l'institution bicentenaire a redonné le sourire au gouvernement en annonçant avoir relevé son estimation à 0,2%. Une bonne nouvelle qui conforte la récente prévision de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) qui s'attend également à une progression de 0,2% du produit intérieur brut (PIB) par rapport au premier trimestre. Ce dernier dévoilera mi-août les chiffres du printemps, mais les prévisions se confirment, la France ne sera plus en récession, après avoir essuyé un recul de l'activité de 0,2% au dernier trimestre de 2012 ainsi qu'au premier de 2013.

De quoi notamment rassurer le ministre de l'Économie et des Finances, Pierre Moscovici, qui assurait sans sourciller voilà deux semaines que la croissance reviendrait d'ici à la fin 2013. «Il y a toujours un déficit de croissance», admettait-il. Mais «La croissance revient. [...] Elle revient doucement, mais elle revient», insistait le patron de Bercy. Tel était l'objectif du gouvernement, à plusieurs reprises asséné par le président de la République et le Premier ministre.

L'OCDE plus pessimiste

L'enquête de conjoncture de la Banque de France fait apparaître un rebond de la production industrielle en juin, qui concerne la plupart des secteurs mais en particulier le matériel de transport hors automobile et la pharmacie. «Le rythme des entrées des commandes augmente du fait d'un renforcement de la demande étrangère», note la BdF dans un communiqué. Dans les services, l'activité progresse très légèrement, la hausse du travail temporaire et des services informatiques l'emportant sur le recul du transport, de l'hébergement-restauration et des services aux ménages. Mais un rebond plus marqué est attendu en mai par les patrons du secteur.

Toutefois, ce timide rebond ne devrait pas empêcher une année sans croissance : l'Insee ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cguintar le lundi 8 juil 2013 à 14:15

    Je crois rever une fois de plus quand je lis cet article vraiment pas sérieux pour un tel site, quand on sais que les ménages dépenses de moins en moins, que beaucoup de secteurs sont en panne ou font des plans de réductions d'effectif;pensez vous que les 14 millions de retraités qui vont etre sévèrement ponctionnés ont envie de faire des dépenses dans les mois à venir?????vous etes comme les politiques loin de la réalité quotidienne, dommage