Croissance : la Banque de France est plus optimiste que le gouvernement

le
0
Croissance : la Banque de France est plus optimiste que le gouvernement
Croissance : la Banque de France est plus optimiste que le gouvernement

Une fois n'est pas coutume, la Banque de France (BdF) table sur une croissance plus soutenue que ne l'a prévu le gouvernement dans ses prévisions pour 2015. Selon ses projections, l'institution table sur une croissance de 1,2% de l'économie française en 2015, de 1,8% en 2016 et de 1,9% en 2017. De son côté, le gouvernement est toujours sur 1% en 2015, puis 1,5% en 2016 et 2017.

Pour la Banque de France, cette amélioration est possible grâce à «la baisse du prix du pétrole et du taux de change de l'euro» mais aussi à la «politique monétaire expansionniste menée par la Banque centrale européenne».

«La baisse des prix du pétrole en fin d'année 2014 devrait conduire à des économies sur la facture pétrolière française de 0,8 point de PIB sur l'année 2015», estime la BdF, indiquant que, combiné aux taux d'intérêt historiquement bas, l'effet devrait profiter à la consommation des ménages.

Compétitivité accrue. Par ailleurs, la dépréciation de l'euro soutient la compétitivité des entreprises françaises: la Banque de France prévoit une forte reprise des exportations nationales de 5,4% en 2015, 5,8% en 2016 et 5,7% en 2017. De ce fait, le déficit commercial devrait se réduire de 1,9% du PIB en 2014 à 1,6% en 2015 et 2016.

Activité soutenue. A cela s'ajoutent les coups de pouce pris par le gouvernement pour allèger le coût du travail avec le Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) et les exonérations de cotisations sociales patronales du pacte de responsabilité et de solidarité qui devraient permettre de soutenir l'activité. 

Déficit dans les clous. Concernant le déficit public, la BdF table sur 3,8% en 2015 et juge que «la France devrait être capable de respecter ses engagements européens» et de redescendre sous la barre des 3% à condition qu'elle poursuive ses efforts budgétaires.

Baisse du chômage à venir. Reste que cette reprise va mettre un peu plus de temps pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant