Croissance française : la reprise, enfin ?

le
2
François Hollande et ses ministres des Finances et de l'Économie, Michel Sapin et Emmanuel Macron.
François Hollande et ses ministres des Finances et de l'Économie, Michel Sapin et Emmanuel Macron.

Nouvelle année de croissance atone pour la France. Au terme d'un quatrième trimestre en quasi stagnation (+0,1 %), l'activité économique n'a progressé que de 0,4 % en 2014, comme en 2012 et 2013, selon l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Si ce chiffre est conforme aux dernières prévisions, il n'en reste pas moins très en deçà des espoirs initiaux du gouvernement. Lors du vote de la loi de finances, fin 2013, Bercy tablait sur une augmentation de la richesse nationale de 1 %. Las. Le trou d'air du milieu d'année, avec un ralentissement non anticipé des prix, a douché ces attentes. Des clignotants au vertPour la première fois depuis bien longtemps, les économistes se montrent toutefois optimistes pour l'année à venir. "La reprise française apparaît plus solide que prévu : baisse de l'euro de forte ampleur, baisse des prix de toute la gamme des matières premières de plus forte ampleur encore (ce qui neutralise le choc de coûts importés lié à la dépréciation de l'euro) et baisse supplémentaire des taux d'intérêt. La configuration est inédite", s'enthousiasme par exemple le cabinet d'analyse économique Xerfi dans ses dernières prévisions intitulées "France, le choc de la reprise". D'autant que toute l'Europe devrait en profiter, ce qui en décuple les effets. "Depuis quelques semaines, tous les indicateurs montrent qu'il y a un souffle nouveau sur la croissance française", se félicite Alexandre...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6832035 le dimanche 15 fév 2015 à 19:21

    Je dirais presque heureusement qu'il n'y a pas de croissance et que la droite a laissé les caisses vides , sinon ils seraient capables de "créer" les 32 heures et de rajouter 5000 fonctionnaires pour grossir leur électorat !

  • b.renie le dimanche 15 fév 2015 à 05:24

    Et si on avait enclenché les vrais réformes profondes et nécessaires pour corriger et faire ce qui n'a pas été fait depuis l'élection de F. MITTERRAND le grand démagogue qui nous fait payer aujourd'hui le coût économique de son élection en 1981