Croissance de 1,1% : 2015 a été «l'année de la reprise», selon Michel Sapin

le , mis à jour à 12:07
42
Croissance de 1,1% : 2015 a été «l'année de la reprise», selon Michel Sapin
Croissance de 1,1% : 2015 a été «l'année de la reprise», selon Michel Sapin

La croissance du Produit intérieur brut (PIB) a atteint 1,1% en France en 2015, après s'être établie au quatrième trimestre à 0,2%, a annoncé vendredi l'Insee. Ce chiffre, conforme aux dernières prévisions du gouvernement, est le plus haut niveau atteint depuis quatre ans. En 2014, le Produit intérieur brut avait augmenté de 0,2%. Il est cependant inférieur à celui de la zone euro, qui devrait atteindre 1,5% en 2015, selon l'Institut national de la statistique et des études économiques.

Le ministre des Finances Michel Sapin a jugé, dans une réaction transmise à l'AFP, que 2015 avait été «l'année de la reprise» et que cette dernière devait «s'amplifier en 2016» afin «d'avoir plus d'emplois», ce qui constitue la «priorité» du gouvernement. Il a observé que l'activité avait «progressé de +0,2% au dernier trimestre de 2015, malgré les conséquences inévitables des attentats (du 13 novembre)». «Les Français n'ont pas baissé les bras», s'est-il félicité.

Dans le détail, les dépenses de consommation des ménages, qui contribuent traditionnellement à la solidité de l'activité, ont augmenté de 1,4% en 2015. Les investissements des entreprises, moteur attendu d'une reprise économique durable, ont pour leur part progressé de 2% par rapport à 2014. Les exportations ont quant à elles bondi de 5,9% en 2015, alors que les importations ont augmenté de 6,1%. De fait, «le solde extérieur contribue encore négativement à la croissance en 2015 (-0,2 point) mais moins qu'en 2014 (-0,5 point)», selon l'Insee.

Rebond de la consommation. Les dépenses de consommation des ménages en biens ont rebondi en décembre, augmentant de 0,7% après avoir reculé de 1,4% en novembre, mois des attentats de Paris, selon l'Insee. Cette hausse est due principalement au rebond des achats de textile et d'habillement et à l'accélération de la consommation en produits alimentaires.

Stabilité de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • denios42 il y a 10 mois

    Comment voulez vous que nos entreprises soient compétitives et aient envie de se développer en embauchant ? En sachant que : depuis 1980 le SMIC a été multiplié par 4,74, alors que les prix à la consommation n'ont augmentés que de 2,72. Le prochain président devra à mon sens geler le SMIC pendant au moins le quinquennat.

  • denios42 il y a 10 mois

    Hollande n'a réussi qu'à inverser la courbe de l'emploi. De juillet 13 à juillet 15, seulement 57000 emplois privés crées , contre 260000 emplois publics (fonctionnaires, emplois aidés).

  • bearnhar il y a 10 mois

    Sapin et ses fameuses courberies de Sapin, excellente expression entendue de la bouche de l'hilarant Charles Consigny, mdr

  • dsta il y a 10 mois

    1.1% de croissance dont 1% dû à la seule baisse du pétrole! Ils sont vraiment forts ces socialos...pour l'enfumage!

  • nanard83 il y a 10 mois

    2015 n'est pas l'année de son régime alimentaire , en tous cas

  • M802641 il y a 10 mois

    jpam C'est en effet le vide sidéral, côté gestion. Mais ceci dans notre contexte http://www.challenges.fr/economie/20140918.CHA7897/l-indecent-train-de-vie-de-nos-chers-senateurs.html et cela https://www.youtube.com/watch?v=U6EcgNJf0IQ est insupportable. Certains vivent en plein régime monarchique encore !! .

  • Alananas il y a 10 mois

    Le pire, dans tout ça c'est qu'Hollande n'est pas encore battu en 2017 !

  • Alananas il y a 10 mois

    Imaginons le même gouvernement avec le pétrole à plus de 150 dollars le baril, des taux d'intérêt élevés, une croissance mondiale faible et un petit krach boursier la dessus. Je sais pas vous, mais moi, ça me fait froid dans le dos.

  • Alananas il y a 10 mois

    Avec tous les indicateurs au vert (taux d'intérêts bas, pétrole bas, reprise mondiale,...), nous avons une croissance médiocre, un chômage qui ne cesse de monter. et une dette qui s'alourdie. Je n'ose imaginer un retournement de conjonture.

  • Berg690 il y a 10 mois

    Est-il obligé de faire le clown?