Croissance de 0,3% attendue en France aux T1 et T2 2015

le
10

L'économie française devrait connaître une embellie au début de l'année 2015, selon l'Insee.
L'économie française devrait connaître une embellie au début de l'année 2015, selon l'Insee.

L'Insee a publié ses prévisions de croissance de 0,3% pour les deux premiers trimestres 2015. Une hausse qui peut paraître plutôt faible, mais qui représente tout de même une croissance substantielle en taux annualisé.

Le retour à une croissance consistante se confirme-t-il bel et bien pour l'année prochaine ? L'Insee laisse envisager une amélioration du paysage économique avec la prévision d'un bon premier semestre. Pour les six premiers mois de l'année, la croissance serait ainsi d'environ 0,6 à 0,7%.

Ces chiffres sont de bon augure alors que la France a besoin d'une croissance plus forte que celle actuellement constatée pour laisser espérer une amélioration du niveau de déficit ainsi que du niveau de chômage à plus long terme.

François Hollande : une croissance annuelle « sans doute à 1% »

François Hollande a rapidement réagi à cette annonce positive, affirmant que la croissance du pays devrait se situer « sans doute à 1% » l'année prochaine. « Nous sommes en ligne par rapport à notre prévision de croissance pour l'année 2015 » a-t-il également ajouté.

Le président de la République se montre toutefois prudent sur le rôle de l'Etat dans cette amélioration : « Il serait prétentieux de dire que c'est sous notre pression. L'Europe a simplement été obligée de changer ». Des propos qui font a priori référence à la politique plus accommodante de la BCE et aux aides de relance envisagées par la nouvelle Commission européenne menée par Jean-Claude Juncker.

Les raisons de l'embellie : pétrole et euro bas

Les leviers politiques et les aides à la reprise ont certes un rôle éventuel, mais les véritables raisons de l'embellie se trouveraient principalement dans la baisse de l'euro face au dollar, ainsi que dans la baisse des cours du pétrole.

L'euro faible favorise les exportations et donc les bons résultats des entreprises. Quant au pétrole, sa baisse se traduit indirectement par une amélioration du pouvoir d'achat des ménages et une baisse des coûts pour les entreprises. Ces éléments favoriseraient ainsi le développement de l'activité économique, d'où la bonne progression attendue par l'Insee.

A cela s'ajoute la baisse des taux d'emprunt français, situés sous les 0,85% à 10 ans. Les charges d'intérêts sur la dette continueraient donc de se réduire substantiellement l'an prochain.

Pas d'amélioration du chômage pour tout de suite

Pour autant, l'inversion de la courbe du chômage ne serait pas pour tout de suite. L'Insee souligne que les baisses de charges qui devraient être appliquées aux entreprises pourraient permettre la création de 80.000 postes. Toutefois, cela ne compenserait pas le rythme des destructions d'emplois. Le chômage est donc toujours attendu en progression au premier semestre, et atteindrait 10,6% fin juin 2015.

X.B.

Croissance de 0,3% attendue en France aux T1 et T2 2015
Croissance de 0,3% attendue en France aux T1 et T2 2015

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fquiroga le vendredi 19 déc 2014 à 16:07

    La croissance par l'inflation.....autrement dit aucune en realité.

  • soulamer le vendredi 19 déc 2014 à 13:06

    tout a gagner avec le canabis pour le ps il va legualizer la beu pour essayer de creer un peu de croissance et en plus de ca y'a qqs voies a gagner chez les fumeurs de bedo pas belle la vie sur notre nuage

  • miez1804 le vendredi 19 déc 2014 à 12:51

    De le mois de Fevrier il y aura déjà les premieres corrections, de tout façon l'Insee suis les consignes de nos cheres politichiens, il faut bien redonner de l'espoir aux neuneus en vue des la prochaine election!

  • ppetitj le vendredi 19 déc 2014 à 12:33

    Alors depuis 2012 on nous ment ? MDR

  • parthe le vendredi 19 déc 2014 à 12:24

    Si, comme au T3, les 3/4 de la croissance sont constitués par les dépenses des administrations et les gonflements des stocks, c'est juste absurde.

  • soulamer le vendredi 19 déc 2014 à 12:23

    0,3 c'est juste pour éloigner le spectre de la déflation

  • nanard83 le vendredi 19 déc 2014 à 12:20

    une augmentation du chômage et une augmentation de la croissance , il faut oser !!!

  • knbskin le vendredi 19 déc 2014 à 12:18

    La croissance ne tombe pas du ciel, mais de l'accélération du progrès scientifique et technologique. En gros, ça donne : "Recherche fondamentale" -> "Recherche appliquée" -> "R&D" -> "Innovation" -> "Création d'entreprises". Tout le reste est littérature pour gogos. Bon, où est l'augmentation des crédits de la Recherche ? Où sont les réductions e dépenses improductives de l'Etat ? :(

  • zwang12 le vendredi 19 déc 2014 à 12:10

    Croissance en euro constant ?

  • M476110 le vendredi 19 déc 2014 à 12:06

    "plutôt faible mais qui représente tout de même une croissance substantielle en taux annualisé". Ouah ! Trop fort le journaliste. Moi j'aurais simplement dit qu'on n'est pas sortis de la mouize !