Croissance, chômage : le moteur cale

le
7

Bercy table sur une croissance de 1% cette année. Une prévision jugée trop optimiste par l'Insee.
Bercy table sur une croissance de 1% cette année. Une prévision jugée trop optimiste par l'Insee.

Chiffres du chômage en mai très décevants, stagnation du PIB au premier trimestre etc., la conjoncture française demeure désespérément atone. La croissance restera inférieure à 1% cette année selon l'Insee.

Deux mauvaises nouvelles en deux jours sur le front de la conjoncture... le gouvernement Valls a beau appeler à « la mobilisation de tous », l'économie française sort difficilement de l'ornière et cela se traduit irrémédiablement, mois après mois, dans les chiffres du chômage. Au grand dam de François Hollande, la courbe du chômage ne s'est toujours pas inversée. Jeudi, Pôle emploi a publié des chiffres inquiétants : en mai, 24.800 nouveaux chômeurs de catégorie A (n'ayant pas du tout travaillé dans le mois) ont été enregistrés (3,39 millions de demandeurs d'emplois au total). Une septième hausse mensuelle préoccupante et qui se répercute aussi aux autres catégories de chômeurs (B et C) qui ont travaillé partiellement sur le mois écoulé mais qui sont en recherche d'un poste à temps plein. Si l'on additionne les trois catégories de demandeurs d'emplois, on dépasse désormais la barre des cinq millions d'inscrits à Pôle emploi.  

 

Croissance, chômage : le moteur cale
Croissance, chômage : le moteur cale

 

Vendredi matin, on apprenait que l'économie française avait calé au premier trimestre. Selon les chiffres de conjoncture dévoilés par l'Insee, le PIB de la France a enregistré une croissance zéro sur les trois premiers mois de l'année, contre +0,2% au dernier trimestre 2013. Si les importations ont davantage progressé (+1,0%) que les exportations (+0,6%), les dépenses de consommation des ménages ont baissé de 0,5% et l'investissement s'est replié de 0,8%. La reprise est molle et ces chiffres confirment les prévisions annoncées mardi par l'Insee pour 2014. Alors que Bercy table toujours sur une croissance de 1% cette année, l'institut de conjoncture n'attend plus qu'une progression du PIB de 0,7%. Hausse de la TVA, hiver doux, le premier trimestre s'est avéré décevant et le gouvernement s'attend à une reprise en cours d'année mais le repli de la consommation des ménages qui s'articule avec une hausse conséquente du taux d'épargne au premier trimestre (15,9% vs. 14,7% fin 2013) n'est pas forcément de bon augure pour les prochains mois.

 

 

Croissance, chômage : le moteur cale
Croissance, chômage : le moteur cale

 

François Hollande a fait le choix de mener une politique de l'offre, conduisant à freiner la dépense publique pour tenter de tenir en 2015 l'objectif d'un déficit à 3% du PIB. Une politique largement justifiée par le poids inquiétant de la dette publique et qui vise à rassurer Bruxelles mais qui a incontestablement un coût économique et social. La faiblesse de la croissance devrait par ailleurs rendre très difficile l'atteinte de cet objectif l'an prochain. 2014 ne sera pas l'année de la reprise en France.

Julien Gautier

Pour consulter directement la note de conjoncture de l'Insee :

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4358281 le jeudi 28 aout 2014 à 15:05

    Pcq il avait démarré le moteur ..?

  • M7228717 le vendredi 27 juin 2014 à 22:38

    Merci François, merci les socialos )))

  • ZvR le vendredi 27 juin 2014 à 18:21

    Rediriger l'épargne massive des français ver les entreprises serait un premier pas pour rétablir la situation. Les entreprises n'ont pas de fonds propres et empruntent auprès de banques à un cout élevés et sont rachetés par les investisseurs étrangers. C'est une catastrophe qui coute des centaines de milliers d'emplois.

  • birmon le vendredi 27 juin 2014 à 18:15

    La France paye la baisse du pouvoir d'achat des clases moyennes causée par l'augmentation des prélèvements obligatoires et le blocage des revenus. Seul l'exécutif essayait de croire benoitement qu'il n'en serait rien. L'échec est patent sur tous les tableaux.

  • kejocol le vendredi 27 juin 2014 à 17:51

    Y a que le gouvt qui croit, enfin officiellement, a une croissance, reprise mais la realite, la notre de ts les jours, est a l'opposé. on voit bien que les cdes ont du mal a arriver ds nos entreprises et donc, normal, pas d'embauche et ceux qui travaillent encore ne sont pas rassurés. la regle simple est de depenser pour le juste necessaire sans superflu ni confort. Simplement, on ne depense pas l'argent qu'on a pas.

  • roulio86 le vendredi 27 juin 2014 à 17:38

    Normal avec la politique du petit joufflu qui n'est que taxes et impôts.....il ne peux en être autrement....les riches sont partis ou partent et les pauvres arrivent en masse.....quel pays.........si nos politiques étaient rémunérés aux résultats je pense qu'on ferait de grosses économies.....

  • M547654 le vendredi 27 juin 2014 à 17:20

    le moteur cale ? Mais il a jamais demarré depuis l'arrivée du pseudo president en 2012