Crohn : hypothèses autour d'une maladie

le
0

La maladie de Crohn fait l'objet d'intenses recherches pour tenter d'élucider ses mystères. On est sûr désormais que l'immunité innée, qui permet à l'organisme de reconnaître la présence de bactéries dans le milieu et d'initier la réaction inflammatoire de défense, est impliquée. Dans la maladie de Crohn, la réaction inflammatoire accrue serait consécutive aux perturbations de cette immunité innée, dont dépend l'équilibre subtil entre défense et tolérance envers les bactéries intestinales à la surface de la muqueuse.

Ainsi, parmi les gènes de susceptibilité à la maladie, NOD2 intervient dans l'immunité innée. «Le gène NOD2 muté serait un peu déficitaire, d'où une production réduite de défensines, substances antibactériennes sécrétées par certaines cellules intestinales. Mais ce n'est qu'une hypothèse», explique le Pr Jean-Pierre Hugot.

Autre gène de susceptibilité, celui du récepteur de l'interleukine IL23. «Curieusement, c'est sa forme norm

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant