Croatie-Portugal, l'amour à la plage

le
0
Croatie-Portugal, l'amour à la plage
Croatie-Portugal, l'amour à la plage

C'est le huitième de finale qui nous rappelle qu'après avoir passé un mois à manger du football jusqu'à l'écœurement et s'être enfilé les 51 matchs de l'Euro, il va falloir prendre des vacances. Car ce Croatie-Portugal, c'est surtout cet éternel débat au moment de choisir où partir. Méditerranée ou Atlantique ? Dubrovnik ou Estoril ? Aller se faire des potes en -o ou en -ic ?

Les agences de voyage sont à cran, et il ne suffit que d'un rapide coup d'œil sur le site de Marmara pour être attaqué par leur " sélection du moment ". Au menu des destinations dont il faut profiter, aucune surprise : l'Italie du Sud, Ibiza, et bien sûr la Croatie et le Portugal. Thomas Cook agite le même drapeau, et Croatie et Portugal sont en tête de peloton des voyages les plus abordables, avec quelques réductions de 50% qui traînent par-ci par-là. Deux pays devenus des immenses classiques des vacances d'été un peu cheap, décidées après avoir laborieusement gratté deux semaines de congés et vérifié que le porte-monnaie allait mal. " Ce sont deux destinations de tourisme de masse, même si la Croatie n'est pas encore au niveau du Portugal ", confirme Florine, d'une grande agence de voyage parisienne. Et les côtes portugaises ont encore pris du galon depuis que les pays du Maghreb sont en difficulté sur le plan touristique, sur fond de tensions locales et de menace terroriste. Côté football, les plages du Portugal semblent également tenir la barre pour des raisons naturelles évidentes. L'immense majorité des plages croates est faite de cailloux, tandis que le sable de la côte Atlantique permet " à la plupart des grandes plages d'avoir des buts de foot, où on peut jouer. C'est un pays de football ! " se vante Amélie, dont beaucoup des 41 700 tweets regorgent d'amour pour Cristiano Ronaldo, et qui prend chaque été le temps de se reposer dans sa maison familiale de Lagos, dans l'Algarve, la région la plus au sud et la plus touristique du pays.

La honte du Seven


Des opportunistes ont d'ailleurs voulu profiter de la popularité des footballeurs dans les stations balnéaires hype du Portugal pour jouer les malins, comme le beau-frère de Cristiano Ronaldo, auteur d'un joli coup foireux à l'été 2012. José Pereira, mari de la sœur de CR7, avait affolé toute la côte en annonçant triomphalement l'ouverture fin juillet 2012 d'une boîte de nuit à Vilamoura, en Algarve, au cœur du Tivoli, un hôtel cinq étoiles en bord de mer. Ronaldo en personne…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant