Croatie-Pas de président élu au 1er tour, Josipovic en tête

le
0

* Pas de vainqueur dès le premier tour * Le président sortant très légèrement en tête * Second tour le 11 janvier * En Croatie, le président a des pouvoirs très limités (Actualisé avec résultats) ZAGREB, 28 décembre (Reuters) - Aucun candidat à l'élection présidentielle croate n'a pu l'emporter dès le premier tour, le dirigeant sortant Ivo Josipovic se trouvant légèrement en tête à l'issue du vote dimanche devant le candidat de l'opposition Kolinda Grabar-Kitarovic, qu'il affrontera lors du second tour le 11 janvier. Avec 38,5 % des voix alors que 95 % des bulletins ont été dépouillés, Ivo Josipovic devance de peu le conservateur Kolinda Grabar-Kitarovic, qui récolte 37 % des votes. Le président sortant faisait figure de favori malgré le recul dans les intentions de vote pour les législatives de la fin 2015 du Parti social-démocrate (SDP), la formation au pouvoir dont il est issu. Un second tour prévu le 11 janvier sera donc nécessaire pour départager l'actuel chef de l'Etat du candidat de l'Union démocrate croate (HDZ), ancien ministre des Affaires étrangères et ex-ambassadeur à Washington qui a également siégé à l'Otan. Pour les analystes, le président sortant devrait conserver la tête de l'Etat avec la probable victoire de l'opposition lors des législatives de 2015. "Je pense encore que Josipovic peut gagner le second tour, si son équipe de campagne redouble d'efforts, même si ce sera plus serré que je ne le pensais", commente Zljko Trkanjec, analyste politique. "Etant donné que le HDZ devrait remporter les législatives, Josipovic serait probablement un meilleur choix, pour contre-balancer en quelque sorte le HDZ", ajoute-t-il. "Tout est possible au second tour, mais le résultat de ce scrutin importe peu pour le HDZ. Il est très probable qu'il va retrouver le pouvoir lors des élections générales de l'an prochain, étant donné les promesses non tenues du SDP et la crise de confiance dont il est victime", avait commenté Andjelko Milardovic, directeur de l'Institut d'études européennes de Zagreb, avant le premier tour. L'ancienne république yougoslave, qui est devenue en juillet 2013 le 28e Etat membre de l'Union européenne, est en proie à la récession depuis six ans et table sur une croissance nulle pour 2015, alors que le chômage touche 19% de la population active. Elu pour cinq ans, le président dispose de prérogatives en ce qui concerne la diplomatie, la défense et les renseignements, mais ne peut s'opposer à la promulgation des lois votées par le Parlement. (Zoran Radosavljevic, Jean-Philippe Lefief et Agathe Machecourt pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant