Croatie-Les socio-démocrates en tête aux législatives-sondage

le , mis à jour à 22:08
0
    * Pas d'issue claire au second scrutin en moins d'un an 
    * Difficiles discussions de coalition en vue 
    * L'Union européenne exige des réformes douloureuses 
 
 (Actualisé avec précisions, contexte) 
    par Igor Ilic et Ivana Sekularac 
    ZAGREB, 11 septembre (Reuters) - Les socio-démocrates sont 
en tête des élections législatives anticipées dimanche en 
Croatie, selon les estimations réalisées à la sortie des urnes, 
sans qu'ils soient sûrs de réunir suffisamment de soutiens pour 
former une coalition et prendre la place des conservateurs 
sortants. 
    Le Parti social-démocrate de Croatie (SPD) remporterait 58 
sièges sur les 151 que compte le Parlement monocaméral, selon le 
sondage de sortie des urnes organisé pour la télévision 
publique, soit un siège de plus seulement que les conservateurs 
de l'Union démocratique croate (HDZ), le parti principal de la 
coalition sortante. 
    Les sondages prédisaient un résultat serré, susceptible de 
déboucher à nouveau sur un gouvernement instable et peu à même 
de s'atteler à des réformes économiques douloureuses demandées 
par l'Union européenne. 
    "Une période de difficiles discussions de coalition nous 
attend", a déclaré Pedja Grbin, un responsable du SPD. 
    Le Most ("Pont, centre droit), qui veut mettre fin à 20 ans 
de dominance des grands partis, qu'il accuse de clientélisme et 
de corruption, serait troisième avec 11 sièges. 
    Ce second scrutin en moins d'un an a été déclenché par la 
chute du gouvernement précédent, une coalition HDZ-Most, qui n'a 
réussi à rester aux affaires que cinq mois en raison notamment 
d'un différend sur la réforme de l'administration publique. 
    Le nouveau gouvernement aura l'immense tâche de raviver 
l'une des économies les plus fragiles d'Europe, toujours 
dépendante des grandes entreprises publiques et affaiblie par 
une bureaucratie qui dissuade l'investissement privé. 
    La formation d'un gouvernement de coalition pourrait une 
fois de plus repousser les réformes en faveur desquelles plaide 
la Commission européenne. 
    Bruxelles veut que son Etat membre le plus récent réduise sa 
dette publique, qui représente 85% du produit intérieur brut 
(PIB), ainsi que son déficit budgétaire et créée les conditions 
d'une croissance économique plus forte.  
    Les partis politiques en lice n'ont donné que peu 
d'indications sur la manière dont ils entendent améliorer les 
conditions de vie des quelque 4,3 millions de Croates dans un 
pays où le taux de chômage s'élève à 13% de la population 
active. Tous les partis ont promis un allègement de la fiscalité 
que permettrait une croissance qu'ils attendent à 2,5% cette 
année. Tous ou presque ont promis des baisses d'impôts qu'ils 
pensent pouvoir financer par l'accélération de la croissance. 
 
 (Julie Carriat, Nicolas Delame et Danielle Rouquié pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux