Crivelli sauve et qualifie les Girondins de Bordeaux

le
0
Crivelli sauve et qualifie les Girondins de Bordeaux
Crivelli sauve et qualifie les Girondins de Bordeaux

En souffrance pendant plus d'une heure de jeu et éliminé virtuellement un temps, Bordeaux a finalement accroché l'Europa League. Malgré la défaite (2-1), Bordeaux retrouve la phase de poules et peut remercier Enzo Crivelli, son héros du soir.

Kairat Almaty 2-1 Bordeaux

Buts : C. Yambéré (1ère, csc), I. Kuat (66e) pour Almaty // E. Crivelli (76e) pour Bordeaux

Enzo Crivelli vient certainement de lancer sa carrière. Entré en jeu avec pour consigne de sauver toute une ville, le gamin de 20 ans a assumé les responsabilités délaissées par ses coéquipiers. Après la première véritable attaque bordelaise, l'attaquant à la dégaine de luchadores mexicain s'est retrouvé au milieu de la surface de réparation adverse et s'est joué du gardien kazakh en inscrivant une madjer pleine d'audace et de talent. Un but qui a sauvé les Girondins et leur a permis d'éviter une humiliation, encore une. Mais plus que Bordeaux, c'est toute la France du foot qui le remercie. Grâce à lui, le jeudi noir est évité.

Europa League ou Mondiaux d'athlétisme ?


7688 kilomètres. C'est approximativement la distance parcourue par les Girondins de Bordeaux pour affronter cette équipe d'Almaty. Pour cette rencontre, Willy Sagnol se retrouve privé de huit cadres, et aligne un onze un peu bancal. Et cela se confirme après seulement 44 secondes de jeu. Sur un centre adverse, Cédric Yambéré s'emmêle les compas et envoie le ballon dans ses propres cages (1ère). 1-0 pour Kairat. L'avance du match aller est déjà perdue, la catastrophe est en marche. L'arrière-garde bordelaise affiche une fébrilité déconcertante (5e, 15e). Les Kazakhs, quant à eux, se montrent très énergiques, bien aidés par la science du jeu de Tymoshchuk au milieu de terrain. Après une demi-heure, les débats finissent par s'équilibrer, mais les Bordelais ne proposent rien offensivement, mis à part du déchet et des courses inutiles. Poundjé, Traoré et compagnie se sont trompés de compétition. Les Mondiaux d'athlétisme sont 4000 kilomètres plus loin, à Pékin. La fin du premier acte s'avère peu rythmé. Almaty se contente de contre-attaquer tandis que les Girondins se perdent dans une possession de balle stérile. Seul un attentat de Tymoshchuk sur Khazri vient réveiller les spectateurs…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant