Critiques de Montebourg : «Une ligne jaune a été franchie», juge l'entourage de Valls

le
2
Critiques de Montebourg : «Une ligne jaune a été franchie», juge l'entourage de Valls
Critiques de Montebourg : «Une ligne jaune a été franchie», juge l'entourage de Valls

Ca chauffe au gouvernement. «Une ligne jaune a été franchie», estimait-on ce dimanche soir dans l'entourage du Premier ministre, après les critiques émises ce week-end par le locataire de Bercy et son homologue à l'Education, contre la politique économique du gouvernement. Le Premier ministre serait «décidé à agir».

Selon l'entourage de Matignon, Arnaud Montebourg, en tant que ministre de l'Economie a dépassé les bornes à deux niveaux. D'une part, «en demandant une inflexion majeure de la ligne économique». D'autre part, en s'attaquant à l'Allemagne, «notre partenaire européen».

«Le Premier ministre est décidé à agir. On verra comment dans les heures qui viennent», ajoute-t-on à Matignon. Concernant Benoît Hamon, «les choses sont un peu différentes», explique-t-on, car «lui n'est pas ministre de l'Economie.»

«Montebourg vient de faire une faute politique»

Un peu plus tôt dans la soirée, le député PS de l'Essonne Carlos Da Silva, a dénoncé une «faute politique». «Un ministre, c'est fait pour préparer les dossiers que lui confie le Premier ministre», a-t-il confié au Parisien. «Benoît Hamon devrait surtout être attentif à la rentrée scolaire. Il a mieux à faire en s'occupant de ça.» 

Quant à Arnaud Montebourg, il «est là pour mettre en oeuvre une politique économique.»  Dire qu'«une politique d'austérité est menée en France est stupide et inadmissible. A quoi joue-t-il ?», s'est insurgé encore l'élu essonnien. «Arnaud Montebourg vient de faire une faute politique. Ca ne m'étonnerait pas que Manuel Valls réagisse» a-t-il également confié.

Hollande «contraint de réagir», estime Bayrou

«C'est une situation sans précédent depuis très longtemps qui est une situation de décomposition et de désorganisation interne du gouvernement, qui stupéfie tous ceux qui découvrent la violence de ce choc», a commenté François Bayrou, invité au Grand Jury ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le dimanche 24 aout 2014 à 22:41

    Décomposition complète du pouvoir, on dirait des collégiens qui chahutent un prof sans autorité ni compétences. Que ça reste interne à la France, bof...on est habitué, mais vis à vis de l'étranger on est ridicule, stupide.......de supporter ces agissements inadmissibles.

  • M6194462 le dimanche 24 aout 2014 à 21:39

    Si Valls vire Montebourg, il n'a plus de majorité. Hollande est alors contraint de dissoudre. On se retrouve avec une assemblée nationale 1/3 à droite 1/3 à gauche et 1/3 front national. Pays ingérable, augmentation des taux d'intérêts, chute de l'euro, Sarkozy vient en sauveur.