Critiqué par ses pairs, Désir passe à l'offensive

le
1
À la veille de l'université d'été du PS, qu'il aborde dans une situation délicate, le chef du parti continue d'être sur tous les fronts. Son entourage dément tout virage médiatique.

Sous le feu des critiques depuis plusieurs mois, alors qu'il peine à imprimer sa marque sur le PS, Harlem Désir tente de reprendre la main, à l'occasion de l'université d'été du parti à La Rochelle. En témoigne son offensive médiatique commencée en début de la semaine. Lundi, sur France Info, il a réservé ses formules les plus assassines à l'ancien chef de l'État, Nicolas Sarkozy, et au coprésident du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon. Le premier a été accusé de ne pas voir «plus loin que le prochain SMS», le second d'avoir «mâché trop de coca» pendant ses vacances sud-américaines.

Mercredi, c'est le maire UMP de Marseille qui a subi les foudres du premier secrétaire du PS, alors qu'il était interrogé sur l'insécurité dont souffre la cité phocéenne. «La responsabilité de J...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4841131 le jeudi 22 aout 2013 à 19:23

    un âne, t'as beau lui tailler les oreilles en pointe, t'en fera jamais un cheval de course