Criteo, start-up à la croissance fulgurante, va entrer au Nasdaq

le
0
Criteo, start-up à la croissance fulgurante, va entrer au Nasdaq
Criteo, start-up à la croissance fulgurante, va entrer au Nasdaq

Criteo, start-up française spécialiste du ciblage publicitaire sur internet, a lancé mercredi la procédure pour se faire coter sur la Bourse électronique américaine Nasdaq, couronnant cinq années d'un essor fulgurant."C'est une étape importante dans le développement de notre entreprise. Nous sommes très contents d'avoir lancé la procédure", a commenté mercredi à l'AFP Jean-Baptiste Rudelle, co-fondateur et PDG de l'entreprise.Créé en 2005, ce joyau de la high-tech hexagonale a déjà procédé à quatre tours de table, dont le dernier en septembre 2012 lui avait permis de lever 30 millions d'euros auprès d'un groupe d'investisseurs menés par le fonds japonais SoftBank Capital.Si les racines de l'entreprise sont françaises, M. Rudelle avait décidé dès 2008 de s'installer en Californie, la Mecque des nouvelles technologies, pour mieux s'adresser au marché américain et mondial. Criteo est aujourd'hui présente dans 37 pays et compte 15 bureaux à travers le monde.Grâce à ses algorithmes de prédiction, la plateforme achète et revend en quelques millisecondes aux annonceurs des emplacements publicitaires sur internet.Ainsi, des bannières publicitaires peuvent être diffusées en temps réel en ciblant finement les utilisateurs, selon les sites qu'il a visité.Ces espaces publicitaires sont facturés sur un modèle de coût par clic - les annonceurs ne payent l'hébergeur de la publicité que lorsqu'un internaute clique dessus.Une croissance fulguranteUne croissance fulguranteAujourd'hui, plus de 80% du chiffre d'affaires de la société est réalisé hors de France. La société a réalisé en 2012 pour 272 millions d'euros (353 millions de dollars) d'activité, en hausse de 89% sur l'année précédente. Elle a dégagé dans le même temps un bénéfice net ramené à 0,8 million d'euros, contre 6,1 millions un an plus tôt, en raison d'une forte augmentation de ses dépenses administratives et commerciales.Sur les six premiers ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant