Cristiano Ronaldo vs. Messi : 5-5, balle aux autres

le
0
Cristiano Ronaldo vs. Messi : 5-5, balle aux autres
Cristiano Ronaldo vs. Messi : 5-5, balle aux autres

En remportant ce jeudi son cinquième Ballon d'or, Cristiano Ronaldo est revenu au palmarès à hauteur de son meilleur ennemi, Lionel Messi. Le coup de sifflet final d'une lutte acharnée entre les deux hommes ?

McDonald's ou Burger King ? Booba ou Rohff ? Pain au chocolat ou chocolatine ? Et Lionel Messi ou Cristiano Ronaldo ? Voici les quatre plus grands débats qui ont animé la France durant ces dix dernières années. Si la réponse aux trois premières questions dépend du goût ou du lieu de naissance de chacun, la réponse au débat du meilleur joueur de football entre Lionel Messi et Cristiano Ronaldo est objectivement bien plus difficile à trancher. " Lionel Messi est un génie et il a gagné huit Ligas, alors que CR7 n'est qu'un buteur et n'a remporté que trois Premier League et deux Ligas ", "Oui mais Cristiano a prouvé qu'il pouvait jouait dans plusieurs clubs différents et il a remporté un titre avec sa sélection lui ", " Tu veux parler de l'Euro 2016 où il n'a pas joué en finale ? ", " Et Messi, lui, il l'a jouée la finale de la Coupe du Monde 2010 car personne ne se rappelle de sa présence sur le terrain ". Autant dire que le débat entre les amoureux de la Pulga et ceux du bodybuilder portugais est sans fin. Heureusement, personne ne peut utiliser ce fameux argument du nombre de Ballon d'or remportés. En étant sacré pour la cinquième fois de sa carrière ce jeudi soir, Cristiano Ronaldo revient ainsi à hauteur de son meilleur ennemi. Et c'est très bien ainsi.

La jeunesse au pouvoir


12 janvier 2015. Au moment de recevoir son troisième Ballon d'or, Cristiano Ronaldo fait tomber une larme, voit son fils monter sur scène et adresse un petit mot à la Pulga présente dans la salle : "J'espère pouvoir rattraper Lionel Messi !". Trois ans après, voilà que le Portugais a enfin accompli son but ultime. De quoi rassasier les deux compétiteurs ? Pas vraiment. Et pourtant cette égalité est une bénédiction que les journalistes votants - la FIFA ayant été dégagée du game - devraient exploiter afin de retrouver ce bonheur de la décennie précédente qui a vu dix lauréats différents se relayer en une de France Football. Et surtout retrouver ce qui faisait l'âme du Ballon d'or, à savoir sacrer le meilleur joueur de la meilleure équipe de la saison. Si cette année, cela n'aurait pas empêché Cristiano de soulever le trophée, cela aurait

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant