Cristiano Ronaldo et le syndrome de juin

le
0
Cristiano Ronaldo et le syndrome de juin
Cristiano Ronaldo et le syndrome de juin

Automne, hiver, printemps, Cristiano Ronaldo marque beaucoup et tout le temps. Ou presque. Le mois de juin paraît moins l'inspirer. Dommage pour lui et surtout pour le Portugal.

Cristiano Ronaldo a toujours vu la vérité dans les chiffres. Ces chiffres qui prouvent son talent, sa dévotion à son sport et font taire toutes les critiques. Alors il faut répondre par des chiffres. CR7 dispute lors de cet Euro en France sa septième phase finale avec la sélection portugaise. Avant la rencontre face à l'Islande, il tournait à une moyenne de 0,33 but par match, bien loin de ses standards en club. Entre le mois de juin et le triple Ballon d'or, il y aurait donc comme un problème ou juste pas mal de rencards ratés.

  • Euro 2004

    Il n'y a pas d'âge pour avoir rendez-vous avec l'histoire. Le gamin de Funchal a 19 ans, un ventre d'adolescent encore lisse et toute une carrière prometteuse devant lui. Impossible pourtant de couper l'arrivée des larmes. Cristiano chiale, et tout un pays le regarde attendri. C'est encore le temps de l'innocence, celui des passements de jambes, des roulettes et du geste gratuit. CR7 n'existe pas encore, son obsession comptable des statistiques individuelles est encore en sommeil, Cristiano Ronaldo Dos Santos Aveiro pleure une défaite en finale d'un Euro contre la Grèce. Cette même équipe face à laquelle il débute son tournoi en concédant un penalty sur sa première action. Cette équipe face à laquelle il marque de la tête pour l'honneur. Un prélude à la suite du tournoi et son but contre les Pays-Bas en demi-finale, mais aussi un avant-goût "de la spéciale Ronaldo" et de la suite de sa carrière.

    Youtube

  • Coupe du monde 2006

    Deux ans plus tard, Cristiano reste une promesse qui voit le trophée de révélation du tournoi filer vers… Lukas Podolski. Il n'est pas encore devenu plus important que son équipe, pour la dernière fois sa sélection n'est pas "le Portugal de Cristiano Ronaldo" et Figo joue toujours les chaperons. Moins virevoltant mais pas encore buteur, le Mancunien est en transition, à l'image de ce Mondial allemand. Face à…






  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com