Cristal Union et Vermandoise créent un poids lourd du sucre

le
1

PARIS (Reuters) - Le groupe sucrier Cristal Union va acquérir sur un mode amical le groupe Vermandoise pour près d'un milliard d'euros afin de créer le numéro cinq européen de l'industrie du sucre, qui sera numéro deux en France derrière Tereos.

Le groupe Vermandoise regroupe deux sociétés cotées sur Nyse-Euronext Paris, la Société Vermandoise de Sucreries (SVS) et la Société Sucrière de Pithiviers le Vieil (SSPLV).

Lors d'une conférence téléphonique, Alain Commissaire, le directeur général de Cristal Union, a précisé que cette opération allait garantir au groupe "une production qui lui permettra de s'engager plus avant dans la chimie verte et dans les bioénergies".

Le nouvel ensemble réalisera un chiffre d'affaires de 1.183 millions d'euros et un excédent brut d'exploitation de 225 millions d'euros, indiquent les deux sociétés dans un communiqué commun.

Cristal Union a conclu un accord d'exclusivité portant "sur plus de 51%" de SVS, étant précisé que cette dernière détient quant à elle une participation majoritaire de 56,5% dans le capital de SSPLV.

A l'issue de cette prise de contrôle, Cristal Union lancera une offre publique d'achat simplifiée sur la totalité des actions. Elle s'effectuera au prix de 3.487,30 euros par action SVS et de 1.692,76 euros par action SSPLV, soit des primes respectives de 98,7% et de 125,7% par rapport au cours de Bourse de clôture du 30 septembre 2011

"Nous avons un accord sur plus de 51%, mais nous sommes bien au-delà de cette valeur-là et notre projet est de retirer les sociétés de la cote", a déclaré Alain Commissaire.

Il a indiqué que ce rapprochement industriel se ferait sans fermeture de sites et sans réduction d'effectif, tout en soulignant les complémentarité entre les deux groupes.

Cristal Union est installé dans l'Est et le Sud de la France tandis que le groupe Vermandoise est présent au nord et au sud-ouest de Paris.

"Cette opération est structurante pour le monde agricole. C'est important au moment où l'on parle de nouvelle politique agricole commune, puisque nous allons offrir aux planteurs livreurs du groupe Vermandoise de devenir coactionnaires du nouveau groupe", a ajouté Alain Commissaire.

Il n'a donné aucune indication sur le montant des synergies liées à cette opération, se bornant à dire qu'elles "sont évidentes".

L'opération est soumise à l'autorisation préalable des autorités de la concurrence française et allemande.

Noëlle Mennella, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • c.debarg le lundi 10 oct 2016 à 15:56

    attendez vous a voir le prix du sucre flamber