Crises en Afrique : l'Espagne autorise une base permanente américaine

le
0
Crises en Afrique : l'Espagne autorise une base permanente américaine
Crises en Afrique : l'Espagne autorise une base permanente américaine

Le gouvernement espagnol a donné vendredi son feu vert à la présence permanente sur la base de Moron de la Frontera, dans l'extrême sud du pays, d'une force d'intervention américaine de 2.200 hommes pour répondre aux crises en Afrique.

L'installation de cette force sera formalisée dans un accord bilatéral entre l'Espagne et les Etats-Unis amendant l'accord de défense datant de 1988, a annoncé la vice-présidente du gouvernement Soraya Saenz de Santamaria. Les Etats-Unis disposent déjà d'une force de réaction rapide d'environ 800 hommes sur cette base en Andalousie, depuis avril 2013, mais à titre temporaire. Cette force y avait été déployée après l'attaque meurtrière ayant visé le consulat de Benghazi, en Libye, le 11 septembre 2012.

Kerry en Espagne pour la signature

Le texte doit être signé lundi lors de la visite en Espagne du chef de la diplomatie américaine John Kerry. Il prévoit «le déploiement permanent sur la base de Moron d'une force de 2.200 militaires et 500 civils, plus 26 avions», a précisé la porte-parole du gouvernement Soraya Sainz de Santamaria. La base peut également accueillir une force temporaire d'«un maximum de 800 militaires et 14 avions supplémentaires», a-t-elle ajouté.

La base américaine doit «contribuer à la stabilité régionale et la sécurité commune en Afrique, Europe, et au Proche-Orient à travers le déploiement permanent d'une force de réponse de crise sur la base aérienne pour protéger la population et les installations américaines en Espagne, comme les Etats membres de l'Alliance de l'Atlantique Nord (Otan)», a précisé la porte-parole espagnole.

Une base utilisée depuis les années 1950

Cette force de réaction rapide (Special-Purpose Marine Air-Ground Task Force Crisis Response, dans le jargon du Pentagone) a notamment pour mission de renforcer la protection des ambassades, de récupérer des militaires en difficulté, d'évacuer des civils ou d'intervenir dans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant