Crise ukrainienne : alerte sur la hausse des prix alimentaires dans le monde

le
0
Crise ukrainienne : alerte sur la hausse des prix alimentaires dans le monde
Crise ukrainienne : alerte sur la hausse des prix alimentaires dans le monde

La Banque mondiale (BM) a lancé une alerte jeudi contre la hausse des prix alimentaires dans le monde. Du jamais-vu depuis deux ans, en raison notamment de la flambée des cours en Ukraine. Entre janvier et avril, les prix des principaux aliments de base ont ainsi augmenté de 4% sur la surface du globe.

Sur les trois premiers mois de l'année, la hausse est particulièrement sensible pour le blé (+18%), le sucre (+13%) ou le maïs (+12%) et intervient en dépit de prévisions de «récoltes record» cette année, juge la Banque. La sécheresse persistante dans certaines régions des Etats-Unis et la forte demande mondiale, notamment en provenance de Chine, expliquent en grande partie cette poussée.

Flambée du maïs en Ukraine

Mais la crise en Ukraine qui a débuté en novembre n'y est pas étrangère, note l'institution. Troisième exportateur mondial de maïs et sixième de blé, le pays affiche les hausses les plus spectaculaires à l'heure où il est plongé dans une profonde crise politique et économique. Entre janvier et avril, le maïs a ainsi vu sa valeur s'envoler de 73% en Ukraine où le prix du blé a, lui, flambé de 37%, tirant avec eux les cours mondiaux. «Les tensions géopolitiques en Ukraine n'ont pas encore perturbé les exportations mais pourraient avoir un impact sur la production future et le commerce si l'incertitude augmente», souligne la BM.

D'autres pays en proie à des tensions politiques et économiques ont été frappés de plein fouet. Sur un an, le prix de la farine a ainsi augmenté de 70% en Argentine en avril. La flambée mondiale a certes été contenue par un déclin de 12% des cours du riz, un aliment de base dans de nombreux pays du Sud. Et globalement, les prix alimentaires sont inférieurs de 2% à leur niveau observé il y a un an.

Mais ce rapport est un nouveau signe d'un possible retournement de tendance et vient relayer les craintes déjà exprimées par les Nations unies qui ont observé en avril le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant