Crise porcine : la cotation a repris au marché du porc breton de Plérin

le , mis à jour à 15:32
19
Crise porcine : la cotation a repris au marché du porc breton de Plérin
Crise porcine : la cotation a repris au marché du porc breton de Plérin

Le marché du porc breton de Plérin (Côtes-d'Armor) a rouvert ce mardi aux alentours de midi, malgré l'absence de Bigard et de la Cooperl, qui seront reçus par Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, ce mardi après-midi et mercredi.

Près de 50 000 animaux sont sur le marché, et plus de la moitié ont trouvé acheteur au terme du premier tour de cotation. Un prix plancher a été fixé à 1,371 euros le kilo, après la réunion qui a précédé l'ouverture du MPB. Au premier tour, les cochons ont été achetés pour 1,389 euro le kilo, à quelques centimes des 1,40 euro souhaité notamment par le gouvernement et les éleveurs.

Fin du 1er tour à #Plérin où 31666 #porcs ont trouvé preneur. Reste 17723 à vendre au second tour avec peu d'espoir. Prix à 1,389€.GL.— SYPROPORCS (@syproporcs) 18 Août 2015

Après une semaine sans, le marché au porc débute à #Plérin. 62.000 porcs sont mis en vente ce midi. #criseporcine pic.twitter.com/WF5ExlpVvx— Benjamin Morin (@Be_MoR) 18 Août 2015

Daniel Picart, président du marché au porc breton, a expliqué que « la mécanique du marché peut faire descendre le prix en dessous de 1,40 euro (...) Le règlement du marché va nous donner une barre de retrait qui nous servira à démarrer la cotation et on verra en fonction des enchères quelle barre, quel seuil ou quel prix on va obtenir ». Le président du MPB est cependant optimiste sur le respect du prix établi par le gouvernement : ce «n'est ni le souhait du marché, ni le souhait des personnes autour de la table aujourd'hui, donc je ne pense pas que ce seuil soit percé par le bas », a-t-il estimé.

Stéphane Le Foll a constaté la reprise de la cotation du marché au cadran de Plérin sur Twitter

La cotation reprend à #Plérin. Le travail continue : entretien ce matin ac @PhilHoganEU, cet après-midi ac la Cooperl http://t.co/1Qim5H4TJb— Stéphane Le Foll (@SLeFoll) 18 Août 2015

Des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • crcri87 le mardi 18 aout 2015 à 17:47

    C'est François et Manuel en photo ?

  • cofranck le mardi 18 aout 2015 à 16:30

    Nos amis agriculteurs qui votent à droite en majorité prônent l'économie de marché et le libéralisme quand tout va bien et le socialisme et la solidarité quand ça va mal. Malheureusement, on ne peut pas tout avoir.

  • M4314275 le mardi 18 aout 2015 à 16:02

    Quand la France sera musulmane il n'y aura plus de crise du porc.

  • crcri87 le mardi 18 aout 2015 à 14:55

    Le porc breton pas bon et trop cher.Les charges sur salaire sont trop élevées la faute à un système social et fiscal démesuré.Il nous faudrait une Mme TACHTER...

  • ccoudra2 le mardi 18 aout 2015 à 14:43

    Les socialistes français marchent sur la tête, j'allais dire comme d'habitude. Ils veulent fixer un prix planché pour le porc français à l'ère de la mondialisation (du moins de l’européanisation). Cela pourrait matcher en Corée du nord ou même en Chine mais pas en Europe. Ils n'ont rien compris ces socialistes d'un autre âge...

  • dotcom1 le mardi 18 aout 2015 à 14:43

    Marre de ces spéculateurs qui font monter les prix pour s'enrichir sur notre dos.

  • jyth01 le mardi 18 aout 2015 à 14:21

    Ne pas oublier que cooperl par exemple est une coopérative, donc avec des adhérents éleveurs. Elle leur achète à eux à un prix proche du 1,40, mais cela ne garantit pas sa survie, car le problème des entreprises en général est les charges que le gouvernement collectiviste se refuse à baisser.(pour continuer à embaucher des fonctionnaires)

  • M4314275 le mardi 18 aout 2015 à 13:02

    Les cotations se feront en dir ham.

  • DADA40 le mardi 18 aout 2015 à 12:55

    Les 2 achètent 30% au marché au cadran qui ne représente que 15% du marché porcin. Ils représentent donc moins de 5% de part de marché. Ils veulent faire la pluie et le beau temps comme nos syndicats qui bloquent toute évolution sociale dans les entreprises.

  • M1765517 le mardi 18 aout 2015 à 11:13

    allons allons 60 000 porcs attendent avec impatience l'abattoir !