Crise monétaire en Russie : Poutine accuse les sanctions de l'Occident

le
2
Crise monétaire en Russie : Poutine accuse les sanctions de l'Occident
Crise monétaire en Russie : Poutine accuse les sanctions de l'Occident

Le président russe s'était distingué cette semaine en restant muet face à la grave crise monétaire qu'affronte son pays. Ce jeudi, Vladimir Poutine est enfin sorti de son silence lors de sa conférence de presse annuelle. Avant son intervention, le gouvernement avait fait en sorte que la monnaie russe reprenne des forces. Depuis plusieurs jours en effet, le rouble perd tant de valeur par rapport à l'euro et au dollar que la population se précipite dans les bureaux de change pour tenter de sauver ses économies. Selon le président russe, cette panique est la conséquence de l'attitude de l'Occident, qui se comporte comme un «empire» et qui veut faire «marcher au pas ses vassaux».

«La crise économique durera deux ans maximum», a tenté de rassurer Vladimir Poutine dès le début de sa longue prise de parole. Après un début de semaine cauchemardesque, l'homme fort du Kremlin a pu se réjouir ce jeudi d'un climat plus apaisé avec le rouble, qui poursuivait son rebond à l'ouverture des marchés moscovites. Cette accalmie intervient alors que le gouvernement, en retrait jusqu'alors, s'est joint aux efforts de la banque centrale. Les deux organes ont annoncé mercredi des mesures communes pour assurer la stabilité financière afin d'aider les banques fragilisées par la baisse de la monnaie. La vente de devises étrangères est un des moyens utilisés.

VIDEO. Russie: Poutine promet une sortie de crise dans deux ans

VIDEO. Russie : la population achète «massivement» des devises étrangères

La monnaie avait franchi, au plus fort de sa dégringolade, le seuil de 100 roubles pour un euro et celui de 80 roubles pour un dollar. Soit une baisse d'environ 40% depuis le début de l'année, et une flambée des prix qui impacte jusqu'aux produits alimentaires de bases des Russes.

Selon Vladimir Poutine, cette crise du rouble est le résultat des «facteurs externes», à l'instar de la dégringolade du pétrole, en Asie notamment. Le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • v.sasoon le jeudi 18 déc 2014 à 12:46

    http://www.vineyardsaker.fr/2014/12/12/un-etude-realisee-par-un-cabinet-russe-montre-la-resilience-de-la-russie-face-aux-sanctions/La croissance des exportations de biens non-pétroliers et gaziers a été de 250 %.

  • v.sasoon le jeudi 18 déc 2014 à 12:29

    deux ams maximum, moi, je parie que dans 6 mois, forte croissance en russie, parce que l'economie aura recupéré la valeur ajouté jadis produite en occident.