Crise : «Le prochain sommet européen risque de décevoir»

le
0
Laurent Moulin a travaillé à la résolution de la crise au sein de la commission européenne. Désormais, chef économiste pour la banque genevoise Lombard Odier IM, il livre ses attentes du prochain sommet.

Mise en commun des dettes publiques, intervention de la Banque centrale européenne... pourquoi Berlin refuse-t-il les propositions des marchés ?

 

Laurent Moulin, économiste responsable de l équipe «fixed income» et marches émergents chez Lombard Odier Investment managers.
Laurent Moulin, économiste responsable de l équipe «fixed income» et marches émergents chez Lombard Odier Investment managers.

 

Les Allemands veulent résoudre en même temps les problèmes de long terme -assurer l'équilibre des budgets nationaux- et de court terme -le manque de confiance des marchés. Ils savent très bien ce qui se passe en zone euro. Ils veulent qu'on en tire les leçons et que des règles de contrôle plus strictes soient adoptées afin de ne pas reproduire une telle crise.

En revanche, les incantations émanant de la France et de certains investisseurs pour que la Banque centrale rachète massivement de la dette d'État sont naïves. La BCE ne peut venir en aide aux États que s'ils redressent de façon crédible leurs budgets. Si la gardienne de l'euro s'engageait à racheter sans condition de la dette de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant