Crise grecque : quand la Grèce annulait la dette de l'Allemagne

le
4
Crise grecque : quand la Grèce annulait la dette de l'Allemagne
Crise grecque : quand la Grèce annulait la dette de l'Allemagne

L'Allemagne respire, et son représentant, le banquier Hermann Joseph Abs, peut souffler. Nous sommes le 27 février 1953 à Londres. Deux ans de négociations sont sur le point d'aboutir. D'un côté l'Allemagne, ou plutôt la République fédérale allemande (RFA), qui ne supporte plus le poids de sa dette. De l'autre tous ses créanciers, majoritairement européens. Les Accords de Londres signés ce jour-là permettent à la RFA de diviser par deux sa dette d'avant et d'après-guerre, comme le raconte le journal suisse Le Temps.

Parmi ces créanciers se trouvaient de grandes puissances comme la France ou les Etats-Unis, mais aussi des pays comme la Suisse ou... la Grèce ! Les rôles se sont donc inversés depuis.

Une dette allemande divisée par deux

30 milliards de DeutschMarks, c'est ce que doit l'Allemagne au début des années 1950 (soit un peu moins de 7 milliards d'euros actuels). Une partie de la dette provient des réparations financières exigées par le traité de Versailles (le fameux «diktat» qui fait porter à l'Allemagne toute la responsabilité de la Première Guerre mondiale et qu'Hitler aura vite fait de dénoncer. Le paiement de cette dette ne sera d'ailleurs jamais honoré). Le reste provient des emprunts contractés par l'Allemagne dans les années 1920 et des aides accordées par les Alliés en 1945 pour reconstruire le pays.

Si ces dettes ont été contractées par l'Allemagne, c'est bien la RFA qui se retrouve à négocier devant ses créanciers en 1953. Après la partition du pays en 1949, l'Allemagne de l'Ouest accepte de prendre à son compte l'ensemble de la dette en échange notamment d'une révision du statut d'occupation du jeune Etat.

VIDEO. 1954 : La ratification des accords de Londres au menu de l'Assemblée Nationale

A l'issue de la conférence de Londres, la dette allemande est ramenée à 14 milliards d'euros, réduite de moitié avec l'accord des créanciers, dont la Grèce. Même si l'événement n'a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • umrk le mercredi 1 juil 2015 à 20:35

    Que les allemands donnent dans le communisme, ou le capitalisme, ils le font toujours à leur façon : bornée, et jusqu'au-boutiste ....

  • d.e.s.t. le mercredi 1 juil 2015 à 19:26

    Ne comparons pas des choses qui ne sont pas comparables, c'est assez stupide, hélas!

  • inextens le mercredi 1 juil 2015 à 18:43

    sala.auds de boches. qu'on les isole ces gens

  • wanda6 le mercredi 1 juil 2015 à 18:36

    http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/jacques-sapir-face-a-ruth-elkrief-572693.html