Crise grecque : pas de paiement ce mardi confirme Varoufakis

le , mis à jour à 13:34
23
Crise grecque : pas de paiement ce mardi confirme Varoufakis
Crise grecque : pas de paiement ce mardi confirme Varoufakis

Ce mardi soir à minuit, sauf très improbable coup de théâtre, Athènes ne remboursera pas sa dette de 1,5 milliard au FMI. A la mi-journée, le ministre des Finances grec Yanis Varoufakis a confirmé que la Grèce ne règlerait pas l'échéance qui échoit ce mardi minuit et qu'elle doit au FMI.

«Non», a répondu laconiquement le ministre aux journalistes qui l'interpellaient à l'entrée de son ministère, avant de rejoindre son bureau.

Dans ces heures hautement politiques, et de forte incertitude pour toute l'Europe, le Fonds devrait attendre le dernier moment pour officialiser la nouvelle d'un impayé.

Désormais, seul compte le résultat du référendum du 5 juillet, qui validera la volonté des Grecs de rester dans la zone euro ou d'en sortir. « Ce soir, la Grèce devrait normalement rembourser (sa dette) au FMI », a déclaré le ministre des Finances Michel Sapin sur France 2. « Je ne sais pas si elle le fera ou si elle ne le fera pas mais c'est sans grande conséquence ». Ce qui n'est pas le cas de la consultation de dimanche.

Le gouvernement grec demandera à ses concitoyens s'ils acceptent les propositions faites par ses créanciers. S'ils disent « oui », « nous continuons à négocier », avance Michel Sapin. S'ils disent « non », ce qu'Alexis Tsipras leur demande pour obtenir, a-t-il expliqué lundi soir en réponse aux manifestations qui soutiennent son point de vue, un pouvoir d'influence sur les créanciers, « on rentre dans une zone tout à fait inconnue avec des vrais risques, et d'abord, et avant toute chose, des risques pour la Grèce elle-même », a estimé à l'inverse le ministre français.

«Le souhait de la BCE comme des autorités européennes est que la Grèce reste dans la zone euro», défend ce mardi, dans une interview aux Echos, Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, citant le recours au référendum comme geste de rupture de la part de Tsipras. «La décision d'interrompre les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppsoft le mardi 30 juin 2015 à 15:24

    Mais ils sont où... mais ils sont où... mais ils sont où les CDS, lalalala la la. :-D

  • le_savoy le mardi 30 juin 2015 à 14:40

    La dictature eurocratique de Bruxelles, une oligarchie d'incompétents jamais élus, n'accepte pas qu'un gouvernement démocratiquement élu puisse consulter sa population sur des propositions qui sont à même d'affamer la population ! Junckee est un terroriste politique. Il lui manque en outre quelques cases à ce despote !.

  • M2286010 le mardi 30 juin 2015 à 14:30

    Kir21, c'est tout à fait exact, sauf qu'il faut multiplier vos chiffres par 90. Tous les départements français font de même!! Les contribuables français et les entreprises ont le dos large. Bravo encore pour votre remarque.

  • M2286010 le mardi 30 juin 2015 à 14:27

    Les Grecs sont des profiteurs, mais ne sont pas assez fous pour se retirer de l'U.E. Tsipras, malgré son appel (politique) au "Non", escompte bien un "Oui" qui le déchargerait de ses responsabilités et de ses promesses illusoires pour les reporter sur le peuple Grec. Politiquement, Tsipras a été très fort!!

  • j.tavern le mardi 30 juin 2015 à 13:56

    Le Ministre Grec, Yanis Varoufakis, est soit un incompétent ou soit un naïf mais dans les 2 cas pas un négociateur. En effet, Mr Yanis Varoufakis, aurait dû attendre 23h59 avant de donner une réponse maintenant que tout le monde connait sa réponse il s'est mis hors jeu l'imbécile hélas je comprends mieux maintenant Mr Junker meilleur joueur et/ou négociateur

  • fquiroga le mardi 30 juin 2015 à 13:49

    Et le 1er juillet, ils paient les salaires avec des" non au FMI".....

  • Kir21 le mardi 30 juin 2015 à 13:48

    un exemple de la nullité de nos politiques. Le conseil général de Côte-d'Or change le logo pour écrire conseil départemental: cout: 1.300 000.00 euros.N'y avait-il pas d'autres priorités? Est-ce si urgent alors que les entreprises BTP du dépt 21 déposent le bilan les unes après les autres?

  • dlabore le mardi 30 juin 2015 à 13:43

    c'est pas en votant non que cela changera qq chose ,c'est aux européens de voter pour savoir si on leur fait cadeau de 350 M d'euros ,pour moi c'est non tu empreintes tu rembourses

  • kuranes le mardi 30 juin 2015 à 13:41

    "Le FN aura-t-il ce courage pour la France ?"on pourrait plutot parler d'inconscience...mais de la part du fhaine, qui applaudissait l'arrivé de Tsipras et de ses promesses irréalistes, que peut on attendre d'autre?

  • pbenard6 le mardi 30 juin 2015 à 13:41

    bien joué les grecs; le fmi n'a rien à faire ici!