Crise grecque : les dirigeants européens mettent en garde contre un «Grexit»

le , mis à jour à 14:38
94
Crise grecque : les dirigeants européens mettent en garde contre un «Grexit»
Crise grecque : les dirigeants européens mettent en garde contre un «Grexit»

Nouvelle journée sous tension dans le dossier grec. Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) doit se réunir ce dimanche, alors qu'Athènes se dirige tout droit vers le scénario catastrophe d'un défaut de paiement, synonyme de sortie de la zone euro. La BCE décidera-t-elle de maintenir les banques grecques sous perfusion pour éviter l'effondrement du système bancaire et de l'économie grecque ? L'espoir est minime. Les conditions du financement de ces banques ne sont plus données depuis que les Européens ont décidé samedi, après cinq mois de négociations infructueuses, de laisser expirer mardi 30 juin le programme d'aide dont bénéficiait Athènes.

Après l'annonce fracassante du Premier ministre grec Alexis Tsipras d'un référendum sur les exigences de ses créanciers, UE et FMI, excédés, ont fini par fermer la porte des négociations. Les ministres des Finances de la zone euro (l'Eurogroupe) ont toutefois promis de tout faire pour éviter «un risque de contagion» du dossier grec. 

Parallèlement, à Athènes, le Parlement a approuvé dans la nuit de samedi à dimanche le référendum proposé par le gouvernement de Tsipras.

Le risque de Grexit se rapproche Il y a un «risque réel de sortie» de la Grèce de la zone euro en cas de non au référendum annoncé par Athènes sur la proposition d'accord faite par ses créanciers, a prévenu Manuel Valls dimanche, exhortant le gouvernement grec à «revenir à la table des négociations». «Il est évident que, s'il y avait une réponse négative (au référendum), il y a un risque réel. Il faut dire la vérité aussi, non seulement aux Français, aux Européens, mais d'abord aux Grecs puisque c'est eux qui vont voter dimanche prochain (...), de sortie de la zone euro», a déclaré le Premier ministre lors de l'émission Le Grand Rendez vous d'Europe 1-Le Monde-iTélé.

Grexit

Contraction des termes anglais « Greece » et « exit » (sortie), Grexit ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlemonn4 le lundi 29 juin 2015 à 11:02

    L'Europe est morte ! on en reparle d'ici 5 ans! Les peuples ne souhaitent plus se voir imposer un dicktat financier de technocrates dont les responsables sont exactement les mêmes politicards qui ont mis leur pays dans des situations de faillitte ou de difficultés! d'autre part, les responsables de la situation depuis 2008 sont les banques qui ont joué avec le feu et l'échec de Europe, c'est qu'elle veut faire payer les peuples ! c'ets pour cela que l'Europe est condamnée

  • M2711013 le lundi 29 juin 2015 à 10:18

    Ah c'est bien.... gnan gnan gnan...

  • ca.ho49 le lundi 29 juin 2015 à 00:20

    tsipras joue un coup de poker ! c est sure mais la a mon avis il a pas compris qu il joue l avenir de son pays ! et que l europe n est pas prete a jouer l avenir de l europe pour un pays ! il joue tout son bankroll (y a plus grand chose) et il va faire une loose monumentale !

  • M2971476 le dimanche 28 juin 2015 à 23:27

    à M5441845: Oui, certes, la régionalisation, je suis pour, mais De Gaulle était patriote et nationaliste, ce qui est maintenant complètement dépassé. Il avait vu juste pour les régions, c'est même la seule échelle politique qui vaille maintenant, mais tort sur la France, qui n'existe plus, si elle a jamais existé, parlez-en à Vercingétorix puisque vous aimez les grands hommes (je préfère les petites icônes).

  • d.e.s.t. le dimanche 28 juin 2015 à 22:49

    Manipulation honteuse! Les dirigeants européens n'ont jamais été contre un Grexit, la meilleure preuve, c'est que ça aurait une influence minime sur chacun des pays européens, sauf les Grecs, bien sûr!

  • danette4 le dimanche 28 juin 2015 à 21:39

    j'espere pour eux qu'ils suivront l'exemple islandais et seront débarrassé du diktat bruxellois, j'etais europhile naguere mais je me rends compte que l'UE actuelle n'est en rien une démocratie!!

  • FullOil le dimanche 28 juin 2015 à 17:03

    georg47 comme âne baté vous osez critiquer les autres je reconnais bien là le genre de veaux du général de gaulle

  • M5441845 le dimanche 28 juin 2015 à 16:57

    M2971476. A noter que la question posée par de Gaulle portait sur la régionalisation (que Mitterrand a fait 13 ans plus tard) et sur la réforme (c a d la disparition) du sénat et du Conseil Économique et social. Depuis le nombre de français qui voudrait voir disparaitre ces deux institutions chères et inutile est énorme... De Gaulle voyait simplement le monde avec 40 ans d'avance même a 80 ans...

  • M2971476 le dimanche 28 juin 2015 à 16:28

    Nervall a raison, sauf qu'il est très improbable que les Grecs reviennent à la Drachme. Mais bon, quelques SICAV de sociétés Grecques, ça va pas coûter bien cher en fin d'année, j'hésite entre ça et des Russes...

  • M2971476 le dimanche 28 juin 2015 à 16:25

    De gaulle s'est fait vider par référendum, applaudissons des deux mains, il avait largement fait son temps, un temps de guerre ça va bien pour un général, très peu pour moi. Et quant aux grecs, s'ils aiment les généraux tant pis pour eux, et s'ils se croient souverains c'est juste un vol