Crise grecque : les banques dans la tourmente restent fermées

le , mis à jour le
2
Crise grecque : les banques dans la tourmente restent fermées
Crise grecque : les banques dans la tourmente restent fermées

Les quatre principales banques grecques resteront fermées pour quelques jours encore selon les banquiers grecs, malgré les promesses du gouvernement Tsipras. La Banque nationale grecque, la Banque du Pirée, Alphabank et Eurobank sont fermées depuis le 29 juin. Les agences de notation Fitch et Standard and Poor’s ont dégradé la note de ces banques, les plaçant en « défaut partiel ».

Paralysées par l’échec des négociations entre Athènes et ses créanciers aboutissant au référendum de dimanche dernier, et par la fonte des dépôts privés retirés par les particuliers apeurés par le spectre d’une sortie de l’euro, les banques grecques ne doivent leur survie qu’aux prêts d’urgence de la BCE. L’institution européenne siégeant à Francfort a consenti à un plafond de 89 milliards d’euros moyennant des garanties des banques privées.

Les banques privées devront émettre davantage de garanties à leur banque centrale pour obtenir des prêts d’urgence. Le Fonds hellénique de stabilité financière (HFSF), créé lors de l'éclosion de la crise de la dette en 2010 pour protéger le secteur grec du crédit, reste la bouée de sauvetage pour les quatre banques.

Le HFSF est actionnaire à hauteur de 55% des banques grecques en moyenne assurant ainsi leur couverture en fonds propre ce qui ne compense pas toutefois les manques de liquidités a indiqué à l'AFP une source bancaire ayant requis l'anonymat.

Les banques grecques recapitalisées par deux fois, fruit d’une restructuration restent handicapées par un taux élevé de prêt non remboursés liés à la crise. Autant de causes qui rendent l’avenir incertain pour les établissements bancaires grecs.

«L'économie grecque ne sera pas en mesure de survivre à une période prolongée de contrôles de capitaux sur les banques, a écrit mardi le patronat grec dans une lettre aux dirigeants européens, demandant "de toute urgence de restaurer la liquidité aux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • l.blang1 le mercredi 8 juil 2015 à 07:10

    Vous avez dit "non" maintenant assumez et surtout ne venez pas pleurer

  • axiome01 le mercredi 8 juil 2015 à 05:45

    impôts non payés, prêts non remboursés, travail non déclaré, bah c'est sûr que dans ces conditions là ....