Crise grecque : la BCE à l'heure des choix

le
9
Crise grecque : la BCE à l'heure des choix
Crise grecque : la BCE à l'heure des choix

Après le non de la Grèce, tous les regards se tournent vers la Banque centrale européenne dont le conseil des gouverneurs se réunit dès ce lundi. La problématique est simple. Pour l'heure, la BCE alimente toujours en liquidités les banques grecques. Faut-il fermer les robinets ? Maintenir le statu quo actuel ? Accèder à la demande grecque en relevant le plafond de la liquidité d'urgence aux banques helléniques ?

 

Aujourd'hui, la Grèce cumule 321 milliards d'euros de dette. Avec respectivement 56,5 milliards et 42,4 milliards d'euros de créances, l'Allemagne et la France se retrouvent en première ligne. A l'ouverture, les places financières, en raison du manque de visibilité, ont légèrement décroché avec un CAC40 en perte de 1,40% à Paris, -1,32% pour le Dax en Allemagne, -2,86% en Italie, -1,95% en Espagne,-2,15% au Portugal... Au-delà de cet aspect visible et immédiat des marchés, la question la plus préoccupante reste un éventuel dérapage des taux d'intérêt qui aurait pour effet d'alourdir le poids de la dette pour l'ensemble des pays et de freiner les signes de reprise économique en Europe. Ce matin, le marché de la dette semblait garder la tête froide, malgré une tension des taux. Le taux à 10 ans de l'Espagne progressait à 2,31% contre 2,21%, le taux de l'Italie à 2,34% (contre 2,24%), du Portugal à 3,057% (contre 2,942%) et celui de la Grèce à 15,462% (contre 14,630%).

QUESTION DU JOUR. Après le non grec, l'Europe doit-elle revoir ses exigences ?

Une position d'attente jusqu'au sommet de la zone euro

Pour calmer le jeu, la première option pour la BCE - et la plus crédible - serait de maintenir les prêts d'urgence aux banques grecques. Ce plafond est actuellement fixé à environ 89 milliards d'euros. Ces fonds permettent de maintenir à flot les banques grecques en leur permettant de payer les retraites et de fournir du cash dans les distributeurs, même s'il existe des plafonds pour les retraits. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 6 juil 2015 à 17:57

    DEHORS qu'ils assument leur vote. Une bonne faillite bancaire grecque leur remettront leurs petites idées de gauchi..stes en place.

  • paspil le lundi 6 juil 2015 à 15:58

    en premiére ligne , c'est le Portugal ... dette publique 130 % du PIB ... ils ont eux aussi beaucoup de créances grecques ....

  • proni le lundi 6 juil 2015 à 15:43

    Que les armateurs et l'église et les riches grecs paient des impôts pour que leurs concitoyens puissent vivre décemment et que les commerçant grecs acceptent les cartes bancaires et déclarent des revenus .La solidarité dont vous parlez pour l'instant est à sens unique ;la cigale veut continuer à picorer dans l'assiette de la fourmi cela ne peut durer qu'un temps et ce temps est passé

  • proni le lundi 6 juil 2015 à 15:37

    les grecs par leur vote ont dit: nous voulons rester dans la zone euros et dans l'UE mais nous ne voulons pas rembourser nos dettes .Nous ne voulons pas appliquer le règles communes .Eh bien pourquoi continuer à rester à négocier des choses non négociables .GREIT !

  • npi6711 le lundi 6 juil 2015 à 15:31

    si on laissait crever tous les gens qui vont resto du coeur car il n'ont plus d'argent pour manger où payer le loyer c'est vrai que çà créerait de l'emploi dans les pompes funèbres, et les chiffres de l'emploi serait bon

  • abertoni le lundi 6 juil 2015 à 15:20

    Des questions sans réponses de la part des énarques divisés sur le sujet.la parole revient au peuple qui ne souhaite plus se faire plumer pour assister sans retour un peuple ingrat et ne voulant pas accepter les règles .le peuple gronde ....il sera bientôt dans la rue.avant la révolte prévisible .

  • abertoni le lundi 6 juil 2015 à 15:18

    Des questions sans réponses de la part des énarques divisés sur le sujet.la parole revient au peuple qui ne souhaite plus se faire plumer pour assister sans retour un peuple ingrat et ne voulant pas accepter les règles .le peuple gronde ....il sera bientôt dans la rue.avant la révolte prévisible .

  • M951753 le lundi 6 juil 2015 à 15:12

    Et tu les laisses crever !! Belle solidarité...

  • kazumi11 le lundi 6 juil 2015 à 15:10

    Faut fermer le robinet tant qu'il n'y as pas de propositions sérieuses!