Crise grecque : l'intraitable Wolfgang Schäuble

le
23
Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble souhaite un Grexit temporaire.
Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble souhaite un Grexit temporaire.

Fidèle à lui-même, Wolfgang Schäuble ne cédera pas. Alors que les ministres des Finances de l'Eurogroupe siègent à nouveau dimanche à Bruxelles pour analyser les nouvelles propositions déposées par le Premier ministre grec Alexis Tsipras, le ministre allemand crée la surprise en proposant deux scénarios. Le premier, radical, qui - Wolfgang Schäuble ne s'en cache pas - a sa préférence : un Grexit temporaire. La Grèce serait suspendue de la zone euro pendant au moins 5 ans, le temps de restructurer sa dette. La Grèce resterait cependant membre de l'Union européenne. Le second scénario, à peine plus conciliant : tout en revoyant, rapidement et en profondeur, ses propositions de réformes avec l'appui de son Parlement, le gouvernement grec transfère à l'étranger le siège du fonds chargé de gérer les revenus des privatisations pour être sûr que ceux-ci soient exclusivement réservés au remboursement de la dette.

Voilà cinq ans que Wolfgang Schäuble, austère gardien de la rigueur monétaire, gère la crise grecque aux côtés d'Angela Merkel. Cinq ans qu'il oppose un « non » ferme aux dérives budgétaires, qu'il ne cesse de répéter que sans volonté crédible de réformes en profondeur l'Europe ne déliera pas pour la troisième fois les cordons de sa bourse pour venir en aide à la Grèce. Cinq ans que le ministre allemand des Finances s'attire les foudres des Grecs et le respect de ses propres compatriotes. Avec Angela...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 445566ZM le dimanche 12 juil 2015 à 19:08

    Les grecs tiennent à conserver les principes de leur societè archaïque: sans impôts pour l'état, mais avec des subventions européennes, toujours nécessaires et bienvenues. Pourtant ils doivent se prendre en charge, les autres pays ne veulent plus s'endetter pour aider la Grèce.

  • M8252219 le dimanche 12 juil 2015 à 18:30

    Pas d'aides sans un suivi obligatoire par les préteurs de la mise en application des engagements de la Grèce avec des résultats. Les aides ne seront acquises qu'après des résultats positifs effectifs et contrôlés.

  • 445566ZM le dimanche 12 juil 2015 à 18:11

    Il est fort probable que les gouvernants grecs (bla-bla) n'ont pas de volonté crédible de réformes en profondeur. Une fois les milliards obtenus, ils auront du mal à faire payer les impôts, la TVA etc.... Et dans quelques mois (années) ils reviendront avec des nouvelles demandes. Une mise à l'écart de la monnaie commune leur permettrait de comparer.

  • Dinero75 le dimanche 12 juil 2015 à 17:14

    Quelqu'un n'a pas aimé la these de l'attirance de Syriza envers le regroupement sous patronage russe d'une nation SERBE. Et pourtant il y a bcp de preuves a l'appui, y compris le soutien grec a la Serbie lors du recent conflit. Il suffit d'étudier l'histoire, qui est connue comme étant un éternel recommencement...

  • laquitta le dimanche 12 juil 2015 à 17:14

    a la place de Schäuble, je dirais a françois puisque tu veut aider la grèce, demande aux français de TOUT payer avec leurs impots !

  • phiphou le dimanche 12 juil 2015 à 16:55

    Les marxistes grecs se moquent du monde et Hollande est leur complice. Il se rend coupable de la braderie de l'idée européenne à laquelle œuvrent les grecs sans discontinuer depuis 6 ans. Vive l'Allemagne !

  • phiphou le dimanche 12 juil 2015 à 16:53

    Ce monsieur n'est pas intraitable, il a simplement du bon sens et de la suite dans les idées face aux irresponsables grecs qui ne sont pas à un mensonge près. Quand va-t-on enfin se débarrasser des grecs qui pompent les subventions sans rien produire pour un trop grand nombre d'eux ?

  • Dinero75 le dimanche 12 juil 2015 à 16:39

    Une chose est certaine en l'état actuel des négociations: Les delégés grecs ont perdu la confiance des membres de l'Eurogroupe (et aussi des européens bien informés dans leur ensemble) Leurs insultes, leurs volte-face, leur dogme et dialectique de type marxiste complètement dépassé ont dilapidé le capital sympathie et solidarité qu'on avait envers le peuple grec.

  • 2mains le dimanche 12 juil 2015 à 14:53

    Ce Mr est compétent et sérieux il cherche reellement à protéger son peuple , notre sapin est bien rigolo a côté , on peut dire la même chose au sujet de moscouvici .il ne s'agit pas de promettre ce que savent très bien faire les socialos, il faut aussi tenir ses promesses et la c'est autre chose .

  • M2061328 le dimanche 12 juil 2015 à 14:44

    de toute façon l'Allemagne toujours et encore imposer ses idées, imposer son industrie, imposer sa camelote dans la zone euro - faisons exploser cet euro et l'Allemagne aura son euroDM à 1.60/70 $ de parité et fini d'inonder l'eurozone des produits