Crise grecque : l'embarras des Républicains

le
4
Crise grecque : l'embarras des Républicains
Crise grecque : l'embarras des Républicains

La victoire, même partagée et peut-être fugace, remportée par François Hollande dans la résolution de la crise grecque embarrasse la droite, notamment les Républicains. Pour deux raisons. Le manque de visibilité de la ligne française au début des négociations de l'Europe avec Athènes avait permis aux candidats à la primaire en vue de la présidentielle de 2017 de sortir les griffes, de se poser en s'opposant. Dimanche, dans une lettre ouverte au chef de l'Etat, François Fillon frappait fort en estimant dans « le JDD » : « Hollande met en péril les négociations avec la Grèce. » Un peu plus tôt dans la semaine, au lendemain du référendum grec, Alain Juppé appelait l'Union européenne à aider la Grèce à sortir sans drame de la zone euro si c'est son souhait. Dimanche, à l'occasion d'une réunion du Parti populaire européen (PPE) à Bruxelles, Nicolas Sarkozy, à son tour, exhortait François Hollande à se ressaisir pour privilégier le leadership franco-allemand et les positions de la chancelière Angela Merkel sur celles d'équilibre entre la Grèce et l'Allemagne adoptées par le chef de l'Etat. Difficile pour celui qui fut à la manœuvre durant la crise financière de 2008 d'accepter la concurrence d'un Hollande sur un terrain similaire.

Las ! Le compromis trouvé lundi matin prive une bonne partie des critiques des leadeurs des Républicains de leur fondement. Le parti en majorité proeuropéen n'a pas eu d'autre choix que de se réjouir de l'accord très exigeant obtenu de la Grèce, conforme à la ligne dure que le parti souhaitait.

Divergences de vue

La crise grecque et la méthode Hollande ont aussi réanimé les divergences de vue au sein des Républicains. Tandis que l'un des grognards de l'aile souverainiste, Henri Guaino, avait exclu une sortie de la Grèce de la zone euro, « totalement déraisonnable », le député de l'Oise, Eric Woerth, et Alain Juppé jugeaient qu'il ne fallait pas un maintien de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jyth01 le mardi 14 juil 2015 à 12:10

    Mais la réalité est que l'accord est plus dur grâce à l'allemagne, et on en reparlera dans quelques mois, quand il faurdra contrôler la réalité de l'application des réformes. Et les vrais travailleurs d'Europe du Nird ont montré du doigt la france donneuse de leçons!

  • M7163258 le mardi 14 juil 2015 à 11:41

    "Plus nuls les ripoublicains y a pas ! et oui une leçon pour les ripoublicains !! "Que dire de la nullité de certains commentaires!!!

  • M4958114 le mardi 14 juil 2015 à 11:25

    et oui une leçon pour les ripoublicains !!

  • aerosp le mardi 14 juil 2015 à 11:24

    Plus nuls les ripoublicains y a pas !