Crise grecque: «L'économie française n'a rien à craindre», selon Hollande

le
11
Crise grecque: «L'économie française n'a rien à craindre», selon Hollande
Crise grecque: «L'économie française n'a rien à craindre», selon Hollande

A la sortie du conseil des ministres restreint sur la crise grecque, François Hollande s'est voulu rassurant sur les conséquences d'un éventuel défaut de paiement et de la sortie de l'euro de ce pays.

« Il y a des inquiétudes qui peuvent exister sur les marchés», a-t-il expliqué en ajoutant: «Mais des mesures très importantes ont été prises depuis plusieurs mois pour consolider la zone euro». Selon le président de la République, «l'économie française, n'est plus dans la même situation qu'il y a quatre ans»

«Il y a quatre ans, c'était la crise grecque et c'était la peur qu'il y ait un désordre considérable». Mais selon lui, «aujourd'hui, l'économie française est robuste, bien plus robuste qu'il y a quatre ans et elle n'a rien à craindre de ce qui pourrait se produire.»

VIDEO. Selon François Hollande, la France n'a «rien à craindre»

Derrière ces propos rassurants, la France reste tout de même exposée par la situation en Grèce. Au total, la facture pourrait être de l'ordre de 42 milliards d'euros en cas de défaut de paiement. Dans le cadre d'un premier plan d’aide, la France a déboursé 11,38 milliards des 52,9 milliards d'euros prêtés par les Européens. A cela s'ajoute d'importantes sommes engagées dans le cadre d'un second plan d'aide : la facture de la France pourrait s'alourdir de 31 milliards d’euros.

Les banques privées plutôt à l'abri

Sur le fond, la dette grecque est désormais en grande partie détenu par les institutions internationales (FMI, BCE,... ). En revanche, la crise grecque a déjà coûté 13 milliards d'euros aux banques françaises en 2011 en raison de leur exposition à la dette souveraine du pays. Depuis, les banques françaises se sont largement désengagées.

Actuellement, les banques de l'Hexagone ne détiennent quasiment plus de dette publique grecque. Si la Société Générale et le Crédit agricole n'en détiennent plus du tout, la BPCE est exposée à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Road40 le lundi 29 juin 2015 à 17:23

    un as de l'economie en direct de l'elysee ....mdr

  • M9244933 le lundi 29 juin 2015 à 17:11

    Bof, 42 milliards qui ne seront jamais remboursés, ce n'est pas un problème puisque ça s'étalera sur plusieurs années. Des managers comme FH, le pays en manque dans toutes les entreprises.

  • frk987 le lundi 29 juin 2015 à 16:46

    A part du socialisme l'économie française ne risque pas la concurrence de la Grèce, sauf...les producteurs d'olives ...mdr !!!!

  • d.e.s.t. le lundi 29 juin 2015 à 16:00

    C'est vrai qu'elle a beaucoup plus à craindre du socialisme et du million de fonctionnaires inutiles ( pour un gâchis de 60 MILLIARDS D'EUROS PAR AN!) que de la Grèce!

  • mlemonn4 le lundi 29 juin 2015 à 15:58

    C'ets sûr elle n'a d'autant rien à craindre qu'elle est au fond du gouffre! elle ene peut pas être au plus bas vu le niveau du chômage ! et ily a encore des économistes et des technocrates pouir oser encore nous parler de croissance ! pour eux mais au détriment des autres ! Attendez la goutte d'eau qui va renverser l'établi, ce jour là, cela va faire très mal et il faudra courir très vite !

  • quoa le lundi 29 juin 2015 à 15:42

    notre grand representant voyageur va partir vendre des rafales aux esquimaux et la france ira encore mieux

  • M5704092 le lundi 29 juin 2015 à 15:35

    «L'économie française n'a rien à craindre», selon Hollande : donc ça craint...

  • M7018439 le lundi 29 juin 2015 à 15:26

    en puisant dans l'épargne des français,la France n'a rien à craindre

  • jeasab le lundi 29 juin 2015 à 15:25

    Comme Mitterand. ´ les radiations s'arrêteront aux frontières !! Ils devraient être puni pour mentir sans cesse. On peut rassurer, mais pas mentir !! Elle est belle la France, vivement la révolution !

  • M3121282 le lundi 29 juin 2015 à 15:23

    entre l'ex et celui là, on est servi, le pouvoir aux marionnettes