Crise grecque : Hollande à quitte ou double

le
3
Crise grecque : Hollande à quitte ou double
Crise grecque : Hollande à quitte ou double

Ça passe ou ça casse. Pour la Grèce, c'est une évidence. Mais pour François Hollande aussi. Alors que le compte à rebours en vue du sommet européen de dimanche est lancé, le chef de l'Etat continue son travail de fourmi pour permettre un atterrissage en douceur à toutes les parties. Car il le sait : si lundi matin, la zone euro se réveillait amputée d'un de ses 19 membres, le président devrait aussi rendre des comptes.

Pour une fois, hier à l'Assemblée nationale, les socialistes étaient rassemblés pour reconnaître la gravité de la situation. « C'est un moment clé du quinquennat », estime le député PS de Seine-Saint-Denis Mathieu Hanotin. « Un moment décisif », selon l'ancien ministre Guillaume Garot. Certains modifient même en urgence leur agenda pour accompagner le dénouement de la crise. Chef de file des députés PS, Bruno Le Roux a renoncé la mort dans l'âme à sa mini-tournée américaine prévue la semaine prochaine dans le cadre de son mandat parlementaire... Grexit ou pas ? Personne ne parie sa chemise. Mais, quelle que soit l'issue, « François Hollande a une occasion unique de sauver son quinquennat ou de le plomber définitivement », glisse ce pilier de l'Assemblée nationale.

Il joue la carte du « président conciliateur » 

Si la Grèce reste dans la zone euro au terme d'un accord, la stratégie du « président conciliateur » qui s'échine à trouver un compromis entre le Premier ministre grec Alexis Tsipras, la chancelière Angela Merkel et les institutions européennes sera portée à son crédit. « S'il réussit, c'est un coup de maître, car il aura démontré que sa légendaire capacité de synthèse dépasse le cadre national, explique le député Pascal Terrasse. Et sans faire de coups de menton à la Nicolas Sarkozy. » Le tout en restant dans la tradition du couple franco-allemand symbolisé, rappelle ce conseiller, « par le mythe toujours vivant chez les socialistes de la poignée de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4958114 le jeudi 9 juil 2015 à 11:28

    pas de blig blig bon président qui avance doucement mais surement et oui messieurs les ripoublicains !!

  • M9244933 le jeudi 9 juil 2015 à 08:56

    A quand de vraies réformes en France plutôt que des mesurettes en trompe l'oeil qui nous laissent sur la même trajectoire de la Grèce? Plutôt que de courir après des compromis mous destinés à se rallier la gauche de sa gauche.

  • jpoche le jeudi 9 juil 2015 à 08:37

    En ce qui concerne les impôts ce serait plutôt double...