Crise grecque : Eurogroupe et Grèce se renvoient la responsabilité du désastre

le , mis à jour le
14
Que se passera-t-il lundi matin en Grèce ?
Que se passera-t-il lundi matin en Grèce ?

"La Grèce est aujourd'hui membre de la zone euro. La Grèce reste dans la zone euro. La Grèce, son destin, c'est de rester dans la zone euro". Michel Sapin, voulait encore y croire samedi soir. Le ministre français des Finances avait beau afficher encore de l'espoir, à l'issue d'une journée décisive, l'avenir d'Athènes dans l'Union monétaire apparaît largement incertain.La veille au soir, Alexis Tsipras a pris tout le monde de court en informant Angela Merkel et François Hollande de son intention de soumettre les exigences de réformes de ses créanciers (la Commission européenne, la BCE et le Fonds monétaire international) en échange de leurs financements à un référendum. Un scrutin qui ne serait pas organisé avant dimanche 5 juillet, et pour lequel le gouvernement appellerait à voter "non". Personne ne s'attendait à une telle volte-face d'Athènes alors que les discussions devaient reprendre samedi avec l'Eurogroupe, l'organe rassemblant les ministres des Finances de la zone euro pour parvenir un accord réformes contre financement.

La Grèce se justifie

Le ministre des Finances grec a donc dû justifier la position de son gouvernement lors d'une conférence de presse tenue samedi après-midi, à l'issue de la rencontre avec ses homologues. Les propositions des "institutions" empêchent le retour de la croissance, a-t-il fait valoir. La prolongation de cinq mois du plan d'aide proposée par le reste de la zone euro, ainsi que...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5299935 le dimanche 28 juin 2015 à 11:20

    Dans une équipe, quand éjecte un joueur de piètre qualité, on renforce le niveau de l'équipe.

  • yoko12 le dimanche 28 juin 2015 à 10:29

    surfer1: bonne analyse. le "sale gosse" a donné aux adultes l'occasion de le punir avec bonne conscience.

  • surfer1 le dimanche 28 juin 2015 à 10:18

    Personne ne voulait endosser la responsabilité d'un grexit et surtout pas Merkel. Là Tsipras a joué le coup de trop et Merkel va en profiter. La responsabilité apparaitra clairement grecque. Quand à Sapin il ferait mieux de se taire : plus personne ne croit un mot qui sort de sa bouche.

  • M3571925 le dimanche 28 juin 2015 à 10:12

    boudet, quand ton banquier te prête tout en connaissant ton incapacité à le rembourser, il prend ses responsabilités ! ... Les banquiers privés allemands et Français qui ont prêté à tours de bras aux Grecs tout en trafiquant leurs comptes publics , en corrompant certains de leur précédents dirigeants et en spéculant sur leur faillite, Barroso, Merkel et Sarko les ont dégagés, eux, de toutes responsabilités !!!!

  • M8252219 le dimanche 28 juin 2015 à 09:49

    Chantage à l'Europe "Retenez moi ou je fais un malheur" Très bons comédiens ces Grecques. Mais qu'ils-y aillent et pas avec nos impôts.

  • Jac751 le dimanche 28 juin 2015 à 09:17

    Ce n.est maleureusement pas le seul au gouvernement

  • l.blang1 le dimanche 28 juin 2015 à 09:05

    J ai informé mon banquier que ce mois si je ne remboursais pas mon crédit car je dois faire un référendum avec ma famille pour savoir si je paye ou je ne paye pas La démocratie à ses limites

  • M4750397 le dimanche 28 juin 2015 à 09:04

    Nos dirigeants, eux, sont responsables de la dette qui asservit les peuples.

  • M4750397 le dimanche 28 juin 2015 à 08:55

    Nous ne sommes pas responsables des dettes de la Grèce, les nôtres nous suffisent. Qu'elle demande des comptes à ses responsables politiques.

  • boudet le dimanche 28 juin 2015 à 08:53

    Quand je demande un prêt immobilier à mon banquier, je ne demande pas une rallonge pour m'acheter une berline de luxe et pour partir 1 mois aux bahamas dans un hotel 5* parce que j'ai déjà des difficultés financières.