Crise grecque : DSK sort du silence et propose ses solutions

le , mis à jour à 23:34
41
Crise grecque : DSK sort du silence et propose ses solutions
Crise grecque : DSK sort du silence et propose ses solutions

Libéré de ses ennuis judiciaire depuis sa relaxe dans le procès du Carlton de Lille, Dominique Strauss-Kahn reprend du poil de la bête. L'ancien patron du FMI a repris la parole ce samedi sur un sujet qu'il maîtrise sur le bout des doigts : l'économie. Dans un texte de trois pages posté via son compte Twitter, réseau social où il s'est inscrit voilà une semaine, Dominique Strauss-Kahn livre ses solutions pour régler la crise de la dette grecque. 

L'ancien ministre des Finances appelle les Européens à accepter une suspension temporaire des paiements d'Athènes. Il suggère que «la Grèce ne reçoive plus aucun financement nouveau de la part de l'Union européenne comme du FMI mais qu'elle bénéficie d'une très large extension de la maturité (NDLR : de la durée) et même d'une réduction nominale massive de sa dette à l'égard des institutions publiques».

QUESTION DU JOUR. Pensez-vous que la Grèce va sortir de la zone euro ?

Mais les Européens se sont toujours opposés à un tel allègement de la dette. Difficile d'imaginer que cette solution soit adoptée dans les prochains jours alors que les discussions entre UE et Grèce sont totalement rompues depuis samedi et que la menace d'un défaut de paiement grec auprès du FMI n'a jamais été aussi forte. 

Ne pas répéter «les mêmes erreurs»

Selon DSK, qui était aux commandes du FMI au début de la crise grecque, cette mesure «libérera la Grèce de toutes ses obligations envers le secteur officiel (institutions officielles) pour les deux prochaines années. Cela laissera le pays dans une contrainte budgétaire difficile puisqu'il ne pourra pas emprunter sur les marchés, ne recevra plus de ressources de l'UE ou du FMI et devra donc équilibrer son budget tout seul». 

Évoquant des «choix budgétaires difficiles» pour les Grecs, il cite la réforme fiscale, une bataille «contre l'oligarchie, les intérêts privés et la lourdeur de l'appareil de l'Etat». Ils ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • tallweg le vendredi 3 juil 2015 à 13:34

    Il adorerait aller se faire voir chez les grecs !

  • fquiroga le mercredi 1 juil 2015 à 15:55

    besoin d'exister????

  • bearnhar le mardi 30 juin 2015 à 07:29

    Vivement qu'on se réoccupe vraiment de nos politiques, en ce moment ils vivent un état de grace, toutes les mouches se posent sur la Grèce. Bientot il va falloir faire le bilan des ministres qui n'ont quasiment rien fait durant 5 ans. Au hasard, Le Foll.

  • coffrefo le dimanche 28 juin 2015 à 14:54

    il en a bien assez profité , qui rentre la téte !

  • coffrefo le dimanche 28 juin 2015 à 14:53

    il est meilleur a la chasse , qu'il y reste !

  • berco51 le dimanche 28 juin 2015 à 14:49

    On se passe de lui. Qu'il disparaisse !!!!!

  • M9111073 le dimanche 28 juin 2015 à 11:54

    sa solution = copuler contre tarifs avec des grecques....

  • M5299935 le dimanche 28 juin 2015 à 11:30

    Dans le domaine de la prostitution il peut donner des conseils mais pas ailleurs.....

  • M8252219 le dimanche 28 juin 2015 à 09:56

    Chantage à l'Europe "Retenez moi ou je fais un malheur" Très bons comédiens ces Grecques. Mais qu'ils-y aillent et pas avec nos impôts.

  • bearnhar le dimanche 28 juin 2015 à 08:52

    Il va falloir songer à interdire Tweeter aux politiques, j'en peux plus de les voir tous faire mumuse sur Tweeter. Moi si je Tweete au boulot, c'est Pole Emploi direct ! Eux utilisent les réseaux sociaux pour faire croire qu'ils sont au niveau du peuple et qu'ils écoutent ses doléances, ce qui bien sur un mensonge de plus. Ils auront tout fait, tout tenté, pour tromper les gens.